|  
37K Abonnés
  |   |  

Les Ukrainiens n’auront plus accès à Yandex et Vkontakte

À compter d’aujourd’hui et jusqu’au 15 mai 2020, les Ukrainiens ne pourront plus accéder au moteur de recherche Yandex, ni aux réseaux sociaux russes Vkontakte et Odnoklassniki. Un décret du président Petro Porochenko en date du 16 mai oblige les fournisseurs Internet nationaux à bloquer l’accès à ces sites.

Yandex Siège Nuit
Yandex ainsi que d’autres sites russes seront désormais inaccessibles depuis l’Ukraine. Crédits : Wikimédia

Ce décret place Yandex, Odnoklassniki et Vkontakte, ainsi que 466 autres sociétés russes et leurs filiales ukrainiennes sous le coup de sanctions de Kiev. Leurs actifs sont bloqués, les entreprises n’ont plus le droit de transférer leur capital en dehors de l’Ukraine et leurs sites ne seront plus accessibles depuis l’Ukraine, même s’ils fonctionnent encore à ce jour.

Vkontakte, réseau social fondé à Saint-Pétersbourg en 2006, est actuellement le deuxième site le plus visité en Ukraine, après Google, selon le portail d’enquêtes statistiques Alexa. Il est utilisé chaque mois par 16 millions d’Ukrainiens, selon les données du réseau lui-même.

Odnoklassniki, réseau social permettant de retrouver d’anciens condisciples fondé à Moscou en 2006, est le sixième site le plus visité en Ukraine. Il y compte 9,5 millions d’utilisateurs mensuels, selon les chiffres du réseau.

Les deux réseaux appartiennent au groupe Mail.ru. La messagerie du groupe, septième site le plus visité en Ukraine, tombe également sous le coup de l’interdiction.

Yandex est un moteur de recherche russe largement populaire en Ukraine. Selon les données fournies par le portail LiveInternet, en 2016, Yandex a été utilisé par 32,9 % des utilisateurs ukrainiens, en deuxième position après Google, plébiscité par 66,7% des utilisateurs. Yandex.ua compte 11 millions d’utilisateurs mensuels et est le quatrième site le plus visité en Ukraine, selon Alexa, après Google, Vkontakte et Youtube. Le décret présidentiel interdit aux Ukrainiens l’accès à l’ensemble des services du moteur de recherche (actualités, traduction, taxi), sauf la météo. Les Ukrainiens pourront se renseigner sur le temps qu’il fait dans n’importe quel point du globe – à l’exception de Moscou et Kiev.

« Sommes-nous devenus la Corée du Nord ? »

Kiev a introduit ces sanctions pour « contrer la propagande russe », a déclaré le premier ministre, Volodymyr Hroïsman, ajoutant qu’elles seraient maintenues jusqu’au jour où « la Russie évacuera ses troupes et ses armements de l’Est de l’Ukraine ».

La nouvelle divise sur la Toile ukrainienne. Certains, comme le directeur adjoint de la chaîne de télévision ATR Aïder Moujdabaev, estiment la décision parfaitement justifiée. « Ce n’est pas un acte de censure. Tous ces sites, gérés directement par le Kremlin et le FSB, sont une arme puissante dans la guerre hybride qui oppose l’Ukraine et la Russie. Ils recueillent des informations sur les citoyens ukrainiens, et les interdire est une décision logique, visant à garantir la sécurité de notre pays », affirme-t-il sur son compte Facebook.

Un avis pourtant loin d’être unanimement partagé. Pour le rédacteur en chef du média Dumskaya.net, Oleg Konstantinov, l’interdiction des sites russes « est une grosse erreur du président et une violation de notre Constitution », écrit-il sur son compte FB.

Sa collègue Oksana Romaniouk, journaliste et directrice de l’Institut des communications de masse de Kiev, souligne que « l’interdiction de Vkontakte risque de nuire fortement aux petits entrepreneurs ukrainiens qui font la publicité de leurs services sur ce réseau social ». Taras Michtchenko, rédacteur en chef de itc.ua, confirme : « Les sanctions contre la Russie, c’est bien, mais pourquoi sanctionner les entreprises ukrainiennes ?, interroge-t-il sur son compte FB. Pourquoi, notamment, avoir inscrit sur cette liste ABBYY, le producteur de 1C [logiciel comptable utilisé par de nombreuses entreprises ukrainiennes, NDLR] ?! »

« Sans être une grande fan de Vkontakte et des autres sites russes », Marina Vogel, rédactrice de l’agence de presse Unian, s’oppose elle aussi à l’interdiction : « Sommes-nous devenus la Corée du Nord ?, dénonce-t-elle sur Facebook, ajoutant : Je veux avoir le droit de choisir, c’est la base même de toute société saine. Il faut changer les mentalités plutôt qu’interdire. »

Enfin, la décision du président a inspiré aux Ukrainiens de nombreuses plaisanteries. « Autrefois, les filles invitaient les garçons chez elles en leur demandant d’installer Windows. Désormais, elles leur demanderont de les aider à accéder à Vkontakte ! », a notamment réagi, sur son compte Facebook, Alexander Zabolotnyi, de Kiev.

La nouvelle a été matière à plaisanter aussi en Russie, et jusqu’à la tête de l’État. « Nous sommes persuadés que des centaines de milliers, et probablement des millions d’utilisateurs ukrainiens vont, très prochainement, améliorer sensiblement leurs connaissances en informatique – et qu’ils apprendront à contourner le blocage des sites interdits ! », a ainsi commenté le ministre russe adjoint des communications, Alexeï Voline, pour Kommersant.

1 228 citoyens russes également visés

Les réseaux sociaux ne sont pas les seuls visés par les sanctions de Kiev. Celles-ci concernent également les producteurs d’antivirus russes Kaspersky et Doctor Web, toutes les grandes chaînes de télévision russes, comme TV-Centre, VGTRK ou Pervi Kanal, toutes les banques russes travaillant en Crimée, tous les grands transporteurs aériens russes, dont Aeroflot, ainsi que le fabricant d’armements Almaz-Anteï, le producteur d’hélicoptères Vertolety Rossii et le fabricant de poids lourds Kamaz.

Sont également visés par ce nouveau décret 1 228 citoyens russes, dont le président tchétchène Ramzan Kadyrov, le ministre de la Défense Sergueï Choïgou, le directeur du renseignement extérieur Sergueï Narychkine, le directeur du FSB Alexandre Bortnikov, le ministre de l’agriculture Alexandre Tkatchev et d’autres hauts fonctionnaires.

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

Politique

Présidentielle, Occident… l’essentiel de Poutine à Valdaï en 2 minutes

Jeudi 19 octobre, Vladimir Poutine est intervenu lors la session plénière de clôture de la XIVe réunion annuelle du Club de Valdaï.

20 octobre 2017
Société

La plupart des Russes habitent rue Centrale et rêveraient de vivre rue des Abricots

Une majorité de Russes habitent rue Centrale, rue de la Jeunesse ou rue de l’École, affirme le moteur de recherche Yandex.

18 octobre 2017
Économie

Dmitri Medvedev promet de ne pas augmenter la charge fiscale

Le Premier ministre russe a annoncé la reprise économique et promis aux investisseurs que la charge fiscale ne serait pas alourdie.

17 octobre 2017