Le Courrier de Russie

Le martyr des habitants d’Avdiivka

Voilà déjà trois ans que les habitants d’Avdiivka, petite ville industrielle de l’Est ukrainien, vivent un enfer. Prise en étau entre les troupes rebelles de Donetsk et les forces armées ukrainiennes, la ville est le théâtre de combats permanents qui, depuis le 27 janvier, ont redoublé d’intensité. Plusieurs morts sont à déplorer parmi la population civile. Le Courrier de Russie a discuté avec plusieurs de ses habitants. Témoignages.

« Ca ne va pas très bien ici, entame Anastasia Jirkova, jeune mère. Le chauffage a été coupé pendant quelques jours, les enfants ont froid et ça tire toujours de tous les côtés, sans cesse. On a eu un petit répit cette nuit mais, dès le matin, ça a repris. Mes enfants ont peur ! », s’alarme-t-elle.

« Mes parents n’ont plus d’eau, et il fait 10 degrés dans leur appartement alors que dehors, le thermomètre affiche moins 15, rapporte Natalia Tolbatova, étudiante dans la ville voisine de Pokrovsk. Elle est en contact permanent avec sa famille et son fiancé, restés à Avdiivka. « Les lignes de chemin de fer sont endommagées, poursuit la jeune fille, les trains ne circulent plus. Le 31 janvier, un bus qui faisait le trajet d’Avdiivka à Pokrovsk s’est retrouvé sous les tirs. Heureusement, il n’y a pas eu de victimes. »

« Vous savez, on s’habitue à tout, même à ça », témoigne de son côté Valeria, employée de l’usine de coke, […]