Ukraine : Au revoir Lénine ! Bonjour Bandera !

Le président ukrainien Petro Porochenko a abrogé, lundi 13 octobre, la « Journée des défenseurs de la Patrie », célébrée le 23 février en Russie et dans plusieurs pays de l’ex-URSS. À la place, l’Ukraine célébrera la « Fête des défenseurs de l’Ukraine », le 14 octobre. Une date qui coïncide étrangement avec l’anniversaire de la création de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) de Stepan Bandera. Si la coïncidence peut paraître anodine à certains, elle n’est reste pas moins hautement symbolique : l’UPA a en effet commis, au cours de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux massacres de civils russes, ukrainiens et polonais, dont la tuerie de quelque 80 000 hommes, femmes et enfants polonais en Volhynie, en 1943. Janina Kalinowska, survivante de ce massacre, s’est confiée en mars 2014 au journal polonais Onet. Témoignage.

… Janina ne connaît pas son âge réel, et espère que ses nom et prénom sont bien les siens. Elle ne se souvient pas non plus de ses parents. « Tout est très flou. Je me revois allongée sur un lit avec mon père et ma mère. Puis, le cadavre de ma mère me tombe dessus. Je m’extirpe. J’ouvre les yeux : tout brûle tout autour. Je ne sais plus où je suis », raconte la vieille femme. Le reste de l’histoire, elle l’a appris en lisant des témoignages et des documents historiques.

La jeune Janina a ensuite trouvé refuge chez son voisin, un « gentil » Ukrainien dont elle n’a jamais connu le nom. « Il ne m’a pas attrapée et jetée au feu, comme le faisaient d’autres Ukrainiens avec des enfants polonais – il m’a sauvée. Puis, il a parlé de moi à quelqu’un dans la ville ukrainienne de Volodymyr-Volynskyï. Au bout de quelques jours, un homme est venu et m’a emmenée chez des membres de ma famille qui avaient survécu. Ce n’est que plusieurs années plus tard que j’ai appris que mon sauveur était un ami de mon père.  […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras