Des « preuves » incriminant la Russie en Ukraine issues de jeux vidéos

Les images étaient en réalité des captures d’écran du jeu vidéo Flaming Cliffs 2


Une vidéo censée prouver que la Russie avait bombardé le territoire ukrainien et postée récemment sur le site d’information ukrainien Tzensor.net, s’est avérée être un « faux » : les images provenaient en réalité d’un jeu vidéo, écrit jeudi 31 juillet le site d’information Vesti.ru.

Crédits: censor.net.ua
Les images étaient en réalité des captures d’écran du jeu vidéo Flaming Cliffs 2. Crédits: censor.net.ua

Des blogueurs ont rapidement découvert que les images satellites présentées par les journalistes ukrainiens dans la vidéo étaient, en réalité, des captures d’écran du jeu vidéo Flaming Cliffs 2.

Il ne s’agit pas d’un cas isolé puisque depuis le début du conflit ukrainien, plusieurs soi-disant preuves de l’implication de la Russie dans le Sud-Est de l’Ukraine se sont avérées être des « faux ».

Le 19 juillet, après le crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, soupçonné d’avoir été abattu par un lance-roquettes de type Buk, les services de sécurité ukrainien indiquaient ainsi sur leur site, images à l’appui, que « tous les lance-roquettes de type Buk » en Ukraine étaient transférés sur le territoire russe. Les utilisateurs des réseaux sociaux n’ont pourtant pas mis longtemps à remarquer qu’il s’agissait en réalité d’une vidéo datant de mars 2014.

L’ambassadeur des États-Unis en Ukraine Jeffrey Payett a lui-même publié le 27 juillet des images satellites sur son compte Twitter prouvant que la Russie avait bombardé les forces de l’armée ukrainienne. Le ministère russe de la défense avait rapidement déclaré que ces images avaient été falsifiées. Quelques jours plus tard, un ancien officier des renseignements américains avait admis qu’il s’agissait d’un « faux » et avait déclaré être honteux des « preuves » présentées par les autorités américaines.