Qui est Alexandre Khodakovski ?

Qui est Alexandre Khodakovski, l'homme qui a affirmé à Reuters (avant de nier, dès le lendemain) que les insurgés de l'Est ukrainien possédaient des missiles de système Buk capables d'avoir abattu le Boeing 777 le 17 juillet ?Nous publions ici l’analyse de Karine Bechet-Golovko, juriste française spécialiste en droit international, parue le 24 juillet sur son blog Russie Politics.Alexandre Khodakovski est une figure à la fois très intéressante et très controversée. Au début des mouvements contestataires dans l'Est ukrainien, il était le chef du bataillon Alpha (unité spéciale qui dépend du ministère de l'intérieur ukrainien) de la région de Donetsk. Au fur et à mesure que la contestation s'est renforcée dans la région, il est passé du côté des rebelles et alors que Strelkov (à la tête des milices pro-russes du Donbass) est à Slaviansk, Khodakovski dirige le bataillon Vostok et assure les fonctions du Chef des services de sécurité de la toute nouvelle république populaire.Or, il faut comprendre que, lors des débuts de ces mouvements de contestation, il n'est pas possible de savoir quel jeu joue réellement les élites locales.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

Quand la traduction précède l’édition originale

Il est de coutume, pour les traducteurs, de découvrir un texte en langue étrangère, de s’en enthousiasmer et de le traduire. C’est le circuit normal. Mais il arrive – rarement – que le cours des choses s’inverse. C’est le cas de Nastia, d’Andreï Alexandrov.

 

15 mars 2019

Deux sommes sur Dostoïevski

Deux sommes sur Dostoïevski Les éditions des Syrtes publient Dostoïevski, un écrivain dans son temps1 de l’Américain Joseph Frank, spécialiste mondialement reconnu de l’auteur de Crime et Châtiment. Paru en anglais en cinq tomes, dans les années 1970, cet ouvrage exceptionnel a été condensé en un volume par l’auteur en 2010, avec une préface inédite. […]

 

15 mars 2019

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique.

 

26 novembre 2018