Odessa: une survivante de l’incendie témoigne

Odessa: une survivante de l’incendie témoigne

42 personnes au moins ont péri, hier 2 mai, dans un incendie à la Maison des syndicats d'Odessa. Les victimes sont des activistes prorusses, réfugiés dans le bâtiment de la Maison pour tenter de se protéger de militants de l’Euromaïdan qui les poursuivaient. Pour les atteindre, les activistes de l’Euromaïdan ont jeté des cocktails Molotov dans la Maison des syndicats, provoquant un incendie. La plupart des victimes ont été brûlées vives à l'intérieur, et au moins huit personnes sont mortes en tentant de sauter par les fenêtres. La radio moscovite Echo de Moscou a publié sur son site un témoignage d’une survivante de l’incendie. J'étais sur place moi-même, dans la Maison des syndicats en feu. J’ai failli étouffer. Les pompiers ont mis un temps impardonnablement long à venir, 20 minutes, et je présume que ce n’est absolument pas par hasard.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné se connecter

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Vladimir Tchijov : « La Russie n’a jamais refusé le dialogue avec l’UE »

À l’instar d’Emmanuel Macron, de plus en plus de chefs d’État et de gouvernement européens se prononcent en faveur d’une normalisation des relations avec Moscou. Le quotidien Kommersant s’est entretenu avec Vladimir Tchijov, représentant permanent de la Russie à Bruxelles.

 

24 janvier 2020

Centres de rétention pour migrants : « Pire qu’en prison »

Les étrangers en situation irrégulière sont envoyés dans des centres de rétention administrative en attendant leur expulsion. Boris Klin, membre de la Commission de contrôle civique de la ville de Moscou, s’est rendu dans l’un d'eux pour le journal Izvestia.

 

9 janvier 2020

« Le Français » : la Russie face à son passé soviétique

À l’occasion de la sortie de son film Le Français, qui raconte le quotidien d’un étudiant français côtoyant la jeunesse soviétique dans le Moscou de la fin des années 1950, le réalisateur Andreï Smirnov (L’Automne, La Gare de Biélorussie) s’est confié au journal d’opposition Novaïa gazeta. Extraits.

 

22 novembre 2019