Maïdan: « Les Ukrainiens sont de bons guerriers »

La correspondante de la revue Rousskiï Reporter a rencontré un officier ukrainien responsable de la formation des activistes de Maïdan.


source : Marina Akhmedova, Rousskiï Reporter

La correspondante de la revue russe Rousskiï Reporter Marina Akhmedova a rencontré à Kiev un officier ukrainien responsable de la formation des activistes de Maïdan qui rejoignent la Garde nationale. Récit à la première personne.

Crédits : photo.unian.net. Maïdan: « Les Ukrainiens sont de bons guerriers »
Crédits : photo.unian.net

« Quand j’étais en Afghanistan, beaucoup de soldats soviétiques préféraient se tuer plutôt que d’être faits prisonniers. À l’époque, je pensais qu’ils avaient raison mais aujourd’hui, je me dis qu’ils auraient mieux fait de se rendre.

Aujourd’hui, j’ai sous mes ordres les activistes de la place Maïdan. Et je dois vous dire qu’au début, on ne se comprenait pas trop… Ils me considéraient comme un ennemi. Ils me disaient : « Nous ne voulons rien de vous. Donnez-nous des armes et nous irons à la frontière tirer sur les chars russes ». Car tous ces hommes sont de vrais patriotes, voyez-vous. Mais je leur ai dit que je n’avais pas l’intention de graver des tridents sur leurs tombes [le trident est un symbole de l’Ukraine, ndlr]. Et que ma mission était de les former de sorte que la majorité d’entre eux restent en vie. (…) Les Ukrainiens sont de bons guerriers. Je ne sais pas encore quelle tactique nous choisirons. Nous n’allons pas nous battre avec vous en duel mais nous irons vous buter jusque dans les chiottes, et ce aussi sur votre territoire. Vos gares vont exploser. Pourquoi êtes-vous venus chez nous ? Poutine ne gagnera pas cette guerre, et il le comprendra dès qu’il l’aura déclenchée. Je me fiche de savoir qui d’entre vous je vais devoir tuer, civils ou militaires. Pourquoi devrais-je vous plaindre ? Vous ne voulez pas plaindre ma mère, vous ?

Je ne crois pas une seconde que les États-Unis, l’Europe ou l’Angleterre viendront nous sauver. Au contraire, ils feront tout pour que la Russie et l’Ukraine entrent en guerre. Décidément, je ne comprends pas Poutine. Pourquoi se comporte-t-il comme un bélier ? Pourquoi, au lieu de renforcer les relations avec l’Ukraine, tente-t-il de nous mettre en position de « petit frère » ? Il doit croire qu’en humiliant le peuple ukrainien, il pourra devenir un grand autocrate… Je ferai tout pour que mes hommes soient de bons soldats. Je leur ai déjà montré comment il faut vous tuer. Nous aurons beaucoup de héros en Ukraine, et non – pas des héros à titre posthume. Je suis reconnaissant à l’Union soviétique : c’est là que j’ai appris à faire la guerre. J’étais un bon officier soviétique. Je viens d’une région d’Ukraine où les gens ont fait la guerre jusqu’en 1956. Mon grand-père a fait huit ans de prison pour ça. Et mon autre grand-père a pris Berlin. Et moi, depuis que je suis sur terre, je me pose la question : qui d’entre eux avait raison ? (…)

Maintenant, j’ai mes… des officiers russes que je connais qui m’appellent et me demandent ce que nous comptons faire. Je leur dis que nous avons la ferme intention de les abattre. Ça les fait rire, ils disent : « Eh bien, frérot ! Tant que ça ? »»