Kiev : un manifestant nationaliste témoigne

Kiev : un manifestant nationaliste témoigne

Les récents affrontements dans le centre de Kiev ont fait près de 80 morts depuis mardi 18 février, soit l'épisode le plus sanglant du mouvement de protestation ukrainien. Contre qui se battent les forces de l'ordre ? La revue en ligne The Village s’est entretenue avec un membre du mouvement nationaliste ukrainien Pravyï sektor.

Sur lui

Je suis originaire de Kiev. Ma mère est infirmière, mon père est dans le secteur social. Il m’a amené avec lui lors de la « Révolution orange », mais nous ne dormions pas sur place ; j’étais petit encore. Après l’école, je ne suis pas entré à l’université – j’ai terminé un institut technique, puis je suis parti à l’armée. J’ai décidé de servir dans la flotte : leur uniforme est beau.Je suis nationaliste, mais pas raciste. Depuis 2009, je participe à diverses actions de protestation : contre l’adoption du Code fiscal, du Code du travail, pour la défense de la langue ukrainienne, à des actions de protestation contre la dégradation de l’enseignement. Je suis sur Maïdan depuis les premiers jours.

Sur Maïdan

Je suis venu à Maïdan moins pour l’Union européenne que contre l’Union douanière. Bien sûr, je suis pour que nous bâtissions notre propre État, fort. Mais entre les options – l’UE ou la Russie – je choisis la première, vu les guerres commerciales permanentes avec Moscou et la politique du Kremlin. C’est désagréable. Beaucoup disent que nous avons été toute notre vie avec la Russie. Ce n’est pas vrai – toute notre vie nous avons été sous la Russie.Au début, quand il n’y avait ni tentes, ni barricades, je coordonnais le mouvement des colonnes étudiantes. Je protégeais Maïdan, j’y ai passé plusieurs nuits d’affilée. Mais là, le piège : au moment de la première dispersion, je n’étais pas là – je récupérais chez moi. Ensuite il y a eu une assemblée, qui a réuni des centaines de milliers de gens. Alors, je marchais en tête de la colonne et j’ai vu comment les forces intérieures, qui se tenaient en cerce autour du sapin de nouvelle année, se sont tout simplement enfuis.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné se connecter

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Ivan Vyrypaïev : « Le théâtre subventionné, c’est la mort du théâtre »

Le metteur en scène Ivan Vyrypaev a lancé un nouveau format de théâtre en ligne, Okko Teatr. Nouvelles technologies, féminisme, environnement, yoga… : l’homme de théâtre s’est confié au magazine Afisha.

 

21 février 2020

Vladimir Tchijov : « La Russie n’a jamais refusé le dialogue avec l’UE »

À l’instar d’Emmanuel Macron, de plus en plus de chefs d’État et de gouvernement européens se prononcent en faveur d’une normalisation des relations avec Moscou. Le quotidien Kommersant s’est entretenu avec Vladimir Tchijov, représentant permanent de la Russie à Bruxelles.

 

24 janvier 2020

Centres de rétention pour migrants : « Pire qu’en prison »

Les étrangers en situation irrégulière sont envoyés dans des centres de rétention administrative en attendant leur expulsion. Boris Klin, membre de la Commission de contrôle civique de la ville de Moscou, s’est rendu dans l’un d'eux pour le journal Izvestia.

 

9 janvier 2020