Frappes en Syrie : « Trump et son équipe ne veulent plus être traités d’agents de Poutine »

Pourquoi Donald Trump a-t-il décidé de frapper la Syrie ? Comment la Russie va-t-elle réagir à cette décision ? La visite du secrétaire d’État américain Rex Tillerson en Russie, le 12 avril dernier, a-t-elle permis à Moscou et Washington de repartir sur de nouvelles bases ? Le rédacteur en chef de Carnegie.ru, Alexandre Baounov, propose des pistes de réflexion pour Fontanka. Fontanka : Après avoir rencontré le président Poutine, le 12 avril, le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a refusé de parler aux journalistes. Pourquoi ?Alexandre Baounov : On peut en déduire que les deux hommes ne sont parvenus à aucun accord.Fontanka : Le jour de cette rencontre, la Maison-Blanche a publié un rapport sur les circonstances de l’attaque chimique perpétrée à Idleb. Le ton de l’Occident à l’égard de la Russie n’a jamais été aussi dur que dans ce document. Qu’est-ce que cela signifie ?A.B. : Cela signifie que Trump et son équipe ne veulent plus être traités d’« agents de Poutine ». Ils veulent continuer à polir leur image d’individus résolus, en particulier pour se distinguer d’Obama et de Clinton. C’était d’ailleurs le leitmotiv de la campagne de Trump : « Je ne suis ni Clinton, ni Obama, ni une poule mouillée. » Il se montre décisif dans le sens où il ne se laisse dicter son comportement par personne et qu’il est prêt à aller à contre-courant pour défendre les intérêts des États-Unis. Il n’a pas peur de la presse, de la bureaucratie ou des partis. Vis-à-vis de la Russie, il essaye de se montrer résolu en obligeant Poutine à coopérer dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Autrement dit, il veut réussir là où Obama a échoué.Fontanka : En définitive, qui est l’auteur de l’attaque chimique perpétrée dans la province d’Idleb ?A.B. : Nous ne savons pas encore précisément ce qui s’est passé. Abstenons-nous dès lors, pour l’heure, de nommer un responsable. Ce que nous savons pour sûr, c’est que cette attaque a contraint Trump à prouver qu’il n’était pas une poule mouillée.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Bratstvo : la sortie du film retardée par patriotisme

Traditionnellement, en Russie, les nouveaux films sortent sur les écrans le jeudi. La sortie du film Bratstvo (« Fraternité »), une évocation du retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan, a toutefois été décalée au vendredi 10 mai afin de ne pas coïncider avec les célébrations de la Victoire de l’URSS sur l’Allemagne nazie, le 9…

 

10 mai 2019

Les Russes dans l’attente de réformes

Les sondages sont formels : le nombre de Russes estimant que leur pays a besoin de réformes profondes a doublé en six ans. Le sociologue Vladimir Petoukhov dresse le bilan d’une volonté de changement qui refuse toute idée de révolution.

 

22 avril 2019

La face cachée du rêve moscovite

Moscou, ses rues arides et poussiéreuses l’été, enneigées et glaciales l’hiver… Comme toutes les mégalopoles du monde, la capitale russe a ses marginaux, ses laissés pour compte, ses sans-abris. Selon les chiffres officiels, ils seraient près de 30 000. Trois fois plus selon les ONG.

 

5 avril 2019