Pas de répercussion diplomatique après le raid aérien russe contre l’armée turque en Syrie

Jeudi 9 février, dans la zone d’Al-Bab, au nord de la Syrie, un avion militaire russe a tiré par erreur sur des soldats turcs qui menaient une opération au sol contre les détachements de l’ État islamique, qui contrôlent la ville. C’est le deuxième incident grave, ayant causé des pertes humaines, qui survient entre les forces armées des deux pays en Syrie depuis le début de la guerre. Que s’est-il passé ? Décryptage de Kommersant. « Des avions militaires qui visaient des sites de l’État islamique ont touché par erreur un bâtiment où se trouvaient des soldats turcs, participant à l’opération Bouclier de l’Euphrate », a indiqué jeudi l’état-major de l’armée turque. « Ces frappes ont fait trois morts et 11 blessés parmi les soldats turcs », a-t-il ajouté.À l’issue d’une réunion d’urgence entre le chef de l’état-major russe, Valeri Guerassimov, et son homologue turc, Hulusi Akar, le ministère russe de la défense a indiqué que « les deux parties s’étaient entendues sur la nécessité d’une coordination plus étroite des actions conjointes, ainsi que d’un échange d’informations sur la situation au sol. »Un peu plus tard, en séance du Conseil de sécurité de la Fédération,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019

Prenez soin des hooligans !

Depuis près de vingt ans, à Saint-Pétersbourg, le cirque Upsala tire de la rue des adolescents à problèmes pour leur faire jouer des spectacles présentés en Russie et en Europe. La vocation du projet, affirment ses concepteurs, est artistique avant d’être sociale, même si le travail réalisé dans ce domaine est colossal.

 

31 mai 2019

Mai 1989, Gorbatchev à Pékin : Deux dragons dans un nid d’hirondelle

Il y a trente ans, le 14 mai 1989, le dernier président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, arrive à Pékin, au beau milieu des manifestations étudiantes qui se tiennent place Tian’anmen.

 

24 mai 2019