Le Courrier de Russie

Moscou et Washington frappent ensemble l’État islamique

Le 22 janvier, la Russie et la coalition internationale, menée par Washington, ont décidé d’unir leurs forces dans leur combat contre l’État islamique à Al-Bab, au nord de la Syrie. Serait-ce un premier pas vers l’alliance russo-américaine dans la lutte contre Daech, tant désirée par Moscou ? Décryptage de Kommersant.

Le 22 janvier, l’état-major de la coalition internationale, basé à Amman, a envoyé par ligne téléphonique directe au commandement aérien russe de la base d’Hmeimim, en Syrie, des coordonnées de cibles à Al-Bab. Après avoir revérifié et confirmé ces coordonnées par satellite, un détachement de deux avions de la coalition internationale (appartenant, selon les informations de Kommersant, à la Belgique, pays européen membre de l’OTAN) et de deux avions russes a bombardé conjointement les cibles.

Il s’agit d’une nouveauté et, pour la partie russe, d’une véritable surprise : jusqu’alors, le Pentagone et l’OTAN avaient toujours refusé les propositions de Moscou de coordonner des actions conjointes en Syrie. Viktor Mourakhovski, colonel de réserve, indique que la coordination entre Moscou et Washington s’est effectivement largement intensifiée au cours de ces dernières semaines. L’expert cite l’exemple de frappes aériennes conjointes des forces russes et de la coalition, récemment, contre les combattants islamistes dans la province de Homs. « La province de Raqqa est la cible principale de ces frappes conjointes. Dans cette zone, la coordination se poursuit », explique le colonel de réserve.

Selon les sources militaires de Kommersant, le ministre russe de la défense, […]