Vu de Russie : pourquoi Palmyre est-elle retombée sous le contrôle de l’État islamique ?

Dimanche 11 décembre, l’État islamique (EI) a repris la ville antique de Palmyre, dans la région d’Homs, après quatre jours de combats contre l’armée syrienne, appuyée par l’aviation russe.

Le gouvernement syrien a confirmé qu’environ 4000 combattants du groupe terroriste État islamique (EI) avaient réussi à reprendre la ville de Palmyre, située à 250 km au nord-est de Damas. 80% de ses habitants auraient été évacués, selon le gouverneur de la province de Homs, Talal Barazi, qui est intervenu à la télévision syrienne. Les archéologues russes présents sur place ont également été rapatriés à Moscou, rapporte le porte-parole de l’institut d’archéologie de Saint-Pétersbourg.

Les djihadistes ont déclenché l’offensive sur Palmyre jeudi 8 décembre. Le 10, ils avaient déjà repris plusieurs zones périphériques de la ville mais avaient été forcés de se retirer suite aux bombardements de l’aviation russe. Les combats se sont toutefois poursuivis le 11, penchant finalement au profit des hommes au drapeau noir de l’État islamique.

« Un coup dur » pour la Russie

Alors que les forces gouvernementales syriennes, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Elodie-Louise Testa

Dernières nouvelles de la Russie

Publi info

Le russe sur mesure à l’école de langues Language Link

Située dans le centre de Moscou, l’école de langues Language Link propose tout au long de l’année un large choix de programmes et de services pour les étudiants et les professionnels désireux d’apprendre le russe dans un environnement convivial et international. Tour d’horizon. L’école accueil chaque année 120 à 150 étudiants, venus de différents pays. Benjamin, 29 ans, originaire du département français de la Manche, s’est installé à Moscou avec son épouse en décembre 2016. Ne possédant que des notions de russe, il s’est inscrit à l’école Language Link en janvier de cette année. « Ce qui me plaît ici, c’est que nous apprenons en petits groupes. Dans le mien, par exemple, nous ne sommes que deux élèves », explique le jeune homme. Les enseignants, de nationalité russe, maîtrisent tous l’anglais et au moins une autre langue étrangère. « Le gros avantage aussi, chez Language Link, c’est que notre professeur parle français. Cela m’aide à comprendre et à mémoriser plus vite. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

27 mars 2017
Société

L’avenir de la cathédrale Saint-Isaac divise les Pétersbourgeois

Dimanche 12 février, Saint-Pétersbourg a été le théâtre de deux rassemblements massifs en faveur et contre la restitution de la cathédrale-musée Saint-Isaac à l’Église orthodoxe russe. Compte rendu. De la procession de soutien… Les partisans du retour de Saint-Isaac, musée depuis 1931, dans le giron de l’Église orthodoxe russe étaient nombreux en ce dimanche pluvieux. Après une brève prière dans l’édifice, entre 1 500 personnes, selon la police, et 6 000, selon le diocèse de Saint-Pétersbourg, ont participé à une procession, organisé par ce dernier, autour de la cathédrale. « On nous a dit de venir, alors nous sommes venus. Et oui, nous soutenons le transfert de la cathédrale », a expliqué une participante de la procession au journal pétersbourgeois Fontanka. Le cortège était mené par l’archiprêtre Alexei Issaïev et le député ultra-conservateur Vitali Milonov, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

14 février 2017
Société

Un retraité russe fait le tour du monde à pied en moins de deux ans

Le 4 février, Sergueï Loukianov, 60 ans, est revenu chez lui, à Saint-Pétersbourg, après un tour du monde à pied de près de deux ans. Le Courrier de Russie s’est entretenu avec le voyageur, qui conte son récit avec la plus grande modestie, comme s’il venait de faire un tour de pâté de maisons. 1er avril 2015, place du Palais, à Saint-Pétersbourg. Sergueï Loukianov, entouré de sa famille, d’amis et d’un petit groupe de supporters, se prépare à entreprendre seul, à pied, un voyage extraordinaire autour de la planète. Un exploit sportif, puisque personne avant lui n’est parvenu à parcourir une telle distance à pied en moins de dix ans. « C’était un rêve d’enfant », confie cet ancien entraîneur de grande randonnée, soulignant que ce voyage n’est pas si éloigné de son mode de vie quotidien. « Je me suis entraîné toute ma vie. J’ai toujours pratiqué la course longue distance, participé à des marathons et à différentes compétitions d’athlétisme », explique-t-il. Depuis 1965, année où il a commencé à pratiquer l’athlétisme, Sergueï Loukianov a participé à plus de 1 350 compétitions. Parmi ses performances les plus remarquables : une marche de Moscou à Saint-Pétersbourg de 700 km, en 1988, accomplie en six jours et six heures ; le tour de la mer d’Azov, en 2010 (1 400 km en 10 jours) ; le tour de la Sicile, en 2011 (1000 km en 14 jours) ; ou encore des randonnées en Europe, en 2013 et 2014, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

10 février 2017