Sergueï Lavrov

Sergueï Lavrov : « La résolution adoptée sur la Syrie ne permet pas la moindre ambiguïté »

Après deux ans de désaccords et de débats, le Conseil de sécurité des Nations unies a finalement adopté, le 27 septembre, une « résolution historique » sur la Syrie. À l'origine de cette initiative : la proposition de la Fédération de Russie pour l'établissement d'un contrôle international sur les armes chimiques syriennes, dans le but de les détruire. Juste après le vote au Conseil de sécurité de l'ONU, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s'est confié au correspondant de Kommersant : il explique comment les partenaires de la Russie ont tenté de revenir sur les accords passés, et ce qui pourrait menacer le bon déroulement du processus de désarmement en Syrie.Kommersant : Le secrétaire d'État américain John Kerry a qualifié l'accord sur la Syrie de « résolution historique », tandis que le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius déclarait que « le Conseil de sécurité légitimait enfin son existence ». Que pensez-vous de ces jugements ?Sergueï Lavrov : Nous nous efforçons, quant à nous, de ne pas interpréter les décisions prises : celles-ci parlent d'elles-mêmes. Et toute personne normalement constituée le comprendra en en prenant connaissance. Vous savez, c'est une tradition, en diplomatie : après l'obtention d'un consensus, chacun commente ce qui lui semble nécessaire.C'est d'ailleurs ce que nous avons fait nous aussi, en soulignant dans notre intervention que la résolution adoptée ne se référait pas à l'article 7 [de la Charte de l'ONU. L'article 7 est celui qui justifie l'emploi de la force, ndlr]. C'était là que résidait le principal enjeu, et la résolution adoptée ne permet pas la moindre ambiguïté.Nous avons également souligné que les dirigeants syriens avaient rejoint de leur propre gré la Convention pour l'interdiction des armes chimiques. Et peu importe ce qui les y a poussés. D'aucuns affirment qu'ils l'ont fait sous la menace des frappes, mais cela ne m'intéresse pas - c'est le résultat qui compte. Le gouvernement syrien a demandé à appliquer cette convention plus tôt que ce que le protocole exige : non au bout d'un mois, comme c'est le cas d'habitude, mais immédiatement. Et il a en pratique, avant de devenir formellement membre de la Convention et plus tôt que la date butoir, présenté un rapport sur son arsenal chimique. C'est le président [Vladimir Poutine,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

« Le Français » : la Russie face à son passé soviétique

À l’occasion de la sortie de son film Le Français, qui raconte le quotidien d’un étudiant français côtoyant la jeunesse soviétique dans le Moscou de la fin des années 1950, le réalisateur Andreï Smirnov (L’Automne, La Gare de Biélorussie) s’est confié au journal d’opposition Novaïa gazeta. Extraits.

 

22 novembre 2019

Sergueï Lavrov : « L’Union européenne n’est pas un partenaire fiable »

Rencontre Macron-Poutine d’août, échange de prisonniers entre Moscou et Kiev, négociations sur le Donbass : le ministre des Affaires étrangères revient, dans un entretien accordé à Kommersant, sur les grands dossiers internationaux de ces dernières semaines.

 

16 octobre 2019

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019