Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

D’où viennent les armes chimiques en Syrie

D’où viennent les armes chimiques en Syrie

Alors que Vladimir Poutine a déclaré le matin du 4 septembre que la Russie consentirait finalement à une intervention armée en Syrie avec le soutien de l'ONU et à condition que l'utilisation d'armes chimiques par le président Bachar el-Assad soit clairement établie, la revue en ligne Russkaïa planeta s'interroge, elle, sur la provenance de ces substances toxiques en Syrie. Analyse.

500 à 1000 tonnes d’armes chimiques en Syrie

Il est convenu de faire remonter la violente crise actuelle en Syrie à la date du 21 août 2013, quand les alentours de Damas ont été bombardés à coups de missiles ou projectiles emplis de la substance chimique toxique sarin. Laissons de côté les déclarations contradictoires du gouvernement syrien et des rebelles, qui s’accusent mutuellement de l’emploi d’armes chimiques. Le fait avéré est la mort extrêmement pénible de plusieurs centaines de personnes, qui a résulté de l’emploi du sarin contre la population civile. Mais d’où proviennent les armes chimiques présentes en Syrie ? La Syrie fait partie des sept États qui n’ont pas signé la Convention de 1993 sur l’interdiction des armes chimiques, et, jusqu’au dernier moment, les autorités syriennes niaient officiellement la présence d’armes chimiques dans leurs arsenaux. Ce n’est que récemment, le 23 juillet 2012, que les autorités syriennes ont pour la première fois reconnu officiellement la présence dans le pays d’armes chimiques et biologiques. En 2000, les ressources de la Syrie en armes chimiques s’élevaient de 500 à 1000 tonnes, parmi lesquelles du sarin, du VX et des réserves d’agents létaux-vésicants. Avant le début de la guerre civile de 2011 en Syrie, ces ressources en armes de destruction massive bénéficiaient d’une protection fiable, qui préservait de leur utilisation non sanctionnée. La situation a profondément changé lors de la guerre civile, quand une partie significative du territoire syrien s’est retrouvée sous le contrôle des rebelles. La Russie a obtenu en décembre 2012 des autorités syriennes la concentration des ressources d’armes chimiques en trois lieux : sur la base de la 155è brigade de la 4e division,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter