Manifestations en Arménie : « Certains tentent de manipuler ce mécontentement social »

Depuis une semaine, les Arméniens protestent contre la décision du gouvernement de Serge Sarkissian d’augmenter le prix de l’électricité, et réclament la libération de 237 manifestants interpellés par la police lundi 22 juin. Andreï Arechev, expert du Centre de recherches sur l’Asie centrale, le Caucase et l’Oural auprès de l'Académie russe des Sciences revient sur ces désordres en Arménie. Lenta.ru : Suite à l’agitation qu’avaient provoquée les tragiques événements de Gyumri, les experts s’étaient mis à parler du début possible d’une « révolution orange » en Arménie. Est-ce que nous y sommes ?Andreï Arechev : Je ne parlerais pas d’une révolution orange ni d’un Maïdan arméniens, parce que dans chaque pays, la situation est particulière, avec une logique et des facteurs intérieurs de développement propres.Ce que l’on peut dire des événements, en tout cas, c’est que sans aucun doute, ils ne sont pas terminés. Ce serait vrai dans n’importe quel pays, et en Arménie, les facteurs d’agitation sociale et de mécontentement ont davantage d’acuité peut-être que nulle part ailleurs. La raison concrète de cette série de manifestations a été une augmentation, relativement peu importante, d’ailleurs, des tarifs de l’électricité. Mais il faut savoir que ces augmentations sont permanentes et concernent non seulement l’énergie, mais aussi un spectre plus large de biens et services, y compris des marchandises de première nécessité. Ça touche également les prix du gaz, auquel beaucoup de gens ont déjà dû renoncer. Et naturellement, certains tentent de manipuler ce mécontentement social. On essaie notamment de le transformer en mécontentement à l’égard de la Russie, de l’Union économique eurasiatique et,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Mai 1989, Gorbatchev à Pékin : Deux dragons dans un nid d’hirondelle

Il y a trente ans, le 14 mai 1989, le dernier président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, arrive à Pékin, au beau milieu des manifestations étudiantes qui se tiennent place Tian’anmen. Il s’agit de la première visite officielle d’un dirigeant soviétique en République populaire de Chine depuis la rupture entre les deux pays communistes, survenue vingt ans plus tôt.

 

24 mai 2019

Souvenirs rock
du « pays des merveilles »

La chanteuse et productrice américaine Joanna Stingray, figure clef de la scène rock soviétique underground de la fin des années 1980, a fréquenté les artistes les plus emblématiques de la période, de Viktor Tsoï (chanteur du groupe Kino) à Boris Grebenchtchikov (musicien et compositeur de Kino, Aquarium).

 

17 mai 2019

Postface au 70e anniversaire de l’OTAN

Pour Sergueï Karaganov, président honoraire du Conseil de politique extérieure et de défense, influent think-tank russe de relations internationales, il est temps que l'OTAN trouve une raison d'exister autre que la menace, selon lui fabriquée, que ferait peser la Russie sur la sécurité du continent européen.

 

14 mai 2019