Ukraine : célébrations sous tension

Pour la première fois depuis 1945, l’Ukraine n’a pas organisé, en ce 9 mai 2015, le traditionnel défilé militaire à Kiev à l’occasion du Jour de la Victoire. Les Ukrainiens n’ont pas non plus eu droit à des feux d’artifice. En revanche, le gouvernement a décrété le 8 mai « Jour de mémoire et de réconciliation », avec un nouveau symbole pour l’Ukraine : un coquelicot rouge.C’est ainsi avec une gerbe de coquelicots que les autorités ont décidé d’honorer la statue soviétique de la Mère Patrie à Kiev. Dans le discours qu’il a tenu le 9 mai aux pieds du monument, le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré : « Plus jamais, nous ne célébrerons cette journée selon le scénario russe, qui exploite avec sang-froid notre Jour de la Victoire pour en faire une apologie de la position expansionniste de la Russie à l’égard de ses voisins – pour les maintenir dans son orbite, pour faire renaître son empire. » Le président ukrainien a également accusé la Russie de « faire preuve de cynisme en tenant de présenter l’Ukraine comme un État fasciste ». « Elle le fait dans un seul objectif : justifier son crime, son agression contre l’Ukraine », a-t-il ajouté. Petro Porochenko, après avoir rappelé que six millions d’Ukrainiens s’étaient battus dans l’Armée rouge contre les nazis, a également évoqué la contribution de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) – tristement connue pour ses massacres organisés de populations civiles russes, juives et polonaises – dans la « lutte contre les occupants nazis ».

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

 

9 novembre 2017

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

 

7 novembre 2017

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

 

31 octobre 2017