Moldavie – UE : espoirs sans illusions

Le 27 juin est décidément une date hautement symbolique pour la Moldavie : le même jour, en 1940, l’URSS demandait à la Roumanie, sous forme d’ultimatum, de lui céder deux de ses provinces, la Bessarabie et la Bucovine du Nord (les actuelles Moldavie et Galicie). Bucarest, prise dans un étau entre Moscou et Berlin, avait dû s’exécuter et, le 28 juin 1940, les troupes soviétiques franchissaient le Dniestr. Le gouvernement roumain assurait alors n’avoir d’autre choix que de se soumettre. Étonnamment, c’est aussi ce que dit l’actuel gouvernement moldave pour justifier l’intégration à l’UE. « Pas le choix » : soixante-quatorze ans plus tard, la Moldavie se sent toujours otage des rapports entre la Russie et les forces euro-atlantistes.Car les Moldaves sont beaucoup moins « romantiques » que les Ukrainiens dans leur attitude vis-à-vis de l’Europe. Dans les villages du pays, on n’a pas oublié la Seconde Guerre mondiale, même si les anciens combattants sortent rarement leurs médailles : ils sont nombreux à s’être battus dans les deux camps. Les Moldaves se souviennent aussi de la famine de 1947 et des déportations soviétiques, mais ils évitent d’en faire un sujet de discorde avec les Russes et les Ukrainiens. Pourquoi faire des reproches à la Russie, alors que ce sont les Anglais et les Français qui n’avaient pas voulu protéger la Roumanie et que les troupes roumaines avaient quitté la Bessarabie et la Galicie sans combattre ? À la différence des Ukrainiens, les Moldaves ne ressentent pas de proximité émotionnelle avec les Russes,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

 

9 novembre 2017

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

 

7 novembre 2017

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

 

31 octobre 2017