|  
42K Abonnés
  |   |  
Lougansk : occupation de l'administration régionale par des manifestants pro-russes

Lougansk : occupation de l’administration régionale par des manifestants pro-russes

Une manifestation exigeant la tenue d’un référendum sur le statut de la région a rassemblé environ 3000 personnes, ce dimanche 9 mars, à Lougansk, ville d’Ukraine orientale située à proximité de la frontière russe.

Lougansk : occupation de l'administration régionale par des manifestants pro-russes
« Lougansk avec la Russie ». Source : Ostro.org

Les manifestants pro-russes ont occupé le bâtiment de l’administration régionale de Lougansk et se sont battus avec les partisans locaux du mouvement « EuroMaïdan ». Les activistes ont ensuite décroché le drapeau ukrainien du fronton de l’édifice administratif pour le remplacer par le drapeau tricolore russe.

Près d’un millier de personnes portant des drapeaux russes ont pénétré dans le bâtiment au moment de l’assaut. Les manifestants ont fait irruption dans le bureau du chef de l’administration de Lougansk, Michael Bolotski, et l’ont contraint à rédiger une lettre de démission, qui a ensuite été lue aux manifestants.

Selon un correspondant de l’agence Unian, les policiers chargés de protéger le bâtiment ont quitté l’administration au moment de l’assaut. Ils ont été acclamés par les manifestants aux cris de : « La police avec les citoyens ! ».

Pour mémoire, les régions de l’est et du sud de l’Ukraine, majoritairement russophones, se sont soulevées depuis le 23 février et le vote par le parlement ukrainien de l’abolition de la loi « Sur les bases de la politique linguistique de l’État », texte qui conférait notamment un statut particulier à la langue russe en Ukraine.

Manon Masset

Dernières nouvelles de la Russie

International

La presse russe craint l’enlisement en Syrie

Les attaques contre les forces russes en Syrie surviennent quelques semaines seulement après que Vladimir Poutine a annoncé la victoire sur l'État islamique (EI) et le retrait partiel des troupes de ce pays. La presse moscovite s’inquiète de voir la Russie entrainée dans une guerre sans fin.

17 janvier 2018
Société

Aliona Popova : « Le droit d’importuner, cela n’a pas de sens »

La tribune d’un collectif de cent femmes françaises, dont l’actrice Catherine Deneuve, défendant la « liberté d’importuner » a suscité de vives réactions dans le monde, y compris en Russie. Aliona Popova, fondatrice du réseau d’entraide féminine Projet W, ne comprend pas cette prise de position.

11 janvier 2018
Société

Ce qui va changer en Russie en 2018

Outre de bonnes résolutions, le passage à l'année 2018 apporte également son lot de changements. Fini les messages anonymes, augmentation du salaire minimum, de nouvelles aides pour les nouveaux nés…

Crédits image principale : Nikolaï Aleksandrovitch9 janvier 2018
  1. Je ne vois pas comment une partition de l’Ukraine avec la Crimée pourra être évitée. Et même avec d’autres régions russophones.

  2. LA RUSSIE N’A PAS ENCORE GUERRIT SES BLESSURES ISSUENT DE LA GUERRE CONTRE LES SEPARATISTES TCHETHENS ET DONT LES SEQUELLES SE RESSENTENT ENCORE DE NOS JOURS. PAR CONSEQUENT, ELLE EST LOIN DE SUPPORTER TOUTE IDEE DE SEPARATISME.

    Toute idée de séparatisme fondamentalement est un acte criminel. Dieu merci qu’en crimée la chose s’est passée sans les armes;
    La Russie n’aurait jamais accepté son annexion avec la Crimée si le sang avait coulé apres une guerre.
    En ce moment ou les séparatistes de Lougansk, Slaviansk et de Donesk portent des armes, kidnapent les gens, assasinent les élements des forces armés, manipulent les informations et qualifient leurs concitoyens de fascites, la Russie est loin de les accepter un jour.
    La Russie par rapport a sa culture peut apporter toute aide a ces gens mais sans jamais accepter une annexion.

Les commentaires sont fermés.