Emmanuel Macron

L’élection d’Emmanuel Macron vue par la classe politique russe

Le candidat d'En Marche !, Emmanuel Macron, n'a guère reçu beaucoup de soutien de la part des hommes politiques russes lors de la campagne électorale française. Que disent-ils désormais au lendemain de sa victoire ? Le Courrier de Russie a réuni une brochette d'avis.

« Être ensemble signifie être forts »

Alexandre Orlov, ambassadeur de Russie en FranceAlexander Orlov, ambassadeur de Russie en France.« Le nouveau président français a évoqué à de nombreuses reprises, lors de ses discours de campagne, l’héritage du général de Gaulle. Nous avons aussi, de notre côté, un respect particulier pour ce dirigeant historique de la France, qui a toujours souligné ceci : pour nos deux pays, être ensemble signifie être forts ; être désunis signifie être en danger. » (TASS)

« Apprécier à sa juste valeur le potentiel de la coopération franco-russe »

Leonid Sloutskiï,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

Quand la traduction précède l’édition originale

Il est de coutume, pour les traducteurs, de découvrir un texte en langue étrangère, de s’en enthousiasmer et de le traduire. C’est le circuit normal. Mais il arrive – rarement – que le cours des choses s’inverse. C’est le cas de Nastia, d’Andreï Alexandrov.

 

15 mars 2019

Deux sommes sur Dostoïevski

Deux sommes sur Dostoïevski Les éditions des Syrtes publient Dostoïevski, un écrivain dans son temps1 de l’Américain Joseph Frank, spécialiste mondialement reconnu de l’auteur de Crime et Châtiment. Paru en anglais en cinq tomes, dans les années 1970, cet ouvrage exceptionnel a été condensé en un volume par l’auteur en 2010, avec une préface inédite. […]

 

15 mars 2019

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique.

 

26 novembre 2018