« Le Kremlin est tout à fait prêt à coopérer avec la France d’Emmanuel Macron »

Pourquoi les Russes demeurent-ils sceptiques à l’égard d’Emmanuel Macron ? Qu’est-ce que François Hollande a fait pour apaiser le conflit en Ukraine ? Et quel message les électeurs français ont-ils envoyé au pouvoir en votant pour des candidats antisystème ? Le Courrier de Russie a posé ces questions à Maxime Youssine, journaliste de Kommersant, spécialiste des questions internationales. Le Courrier de Russie : La victoire d’Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle française a-t-elle constitué une surprise pour vous ?Maxime YoussineMaxime Youssine : Pas du tout. J’étais persuadé qu’il l’emporterait. J’avais même parié deux bouteilles de cognac sur lui et je les ai gagnées ! Durant la campagne, j’ai soutenu François Fillon, mais les Français ont fait un choix différent que je respecte entièrement.LCDR : Au cours de la campagne, le soutien des Russes est allé massivement vers François Fillon et Marine Le Pen, Emmanuel Macron ne suscitant que peu d’enthousiasme. Pourquoi, selon vous ?M.Y. : Ce sentiment des Russes est assez naturel : ayant pris connaissance des divers programmes, ils ont accordé leur sympathie aux candidats qui proposaient d’adoucir, sinon de lever les sanctions dirigées contre leur pays – ce qui était le cas de Marine Le Pen, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan. Rappelons qu’ensemble, ces candidats ont tout de même recueilli plus de 65% des voix. On ne peut décemment pas blâmer les Russes d’avoir soutenu les personnes qui leur semblaient les plus proches d’eux. Lors d’un match de football auquel votre pays ne participe pas, vous avez bien le droit d’encourager une équipe plus que l’autre, non ? Eh bien, c’est pareil. Éprouver de la sympathie envers un candidat à une présidentielle qui ne se déroule pas dans votre pays n’est ni un crime ni une atteinte à la souveraineté de ce pays. Comme je l’ai dit, personnellement, je soutenais François Fillon, mais je respecte tout à fait M. Macron.LCDR : Pourquoi justement François Fillon ?

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

 

9 novembre 2017

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

 

7 novembre 2017

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

 

31 octobre 2017