|  
43K Abonnés
  |   |  

La Russie exprime la grande perte que représente pour elle la mort du PDG de Total

Les Russes sont unanimes suite à la mort soudaine dans le crash de son avion privé de Christophe de Margerie, PDG de Total et co-président du Conseil économique de la CCI France-Russie, dans la nuit du 20 octobre à Moscou : c’est une grande perte pour la Russie qui voyait en lui un ami fidèle.

Christophe de Margerie et Vladimir Poutine
Christophe de Margerie et Vladimir Poutine

« C’est une grande perte, M. de Margerie était pour notre pays un ami et un partenaire ; il exprimait toujours ouvertement sa position sur les questions les plus épineuses. Il nous manquera. »

Dmitri Medvedev, Premier ministre russe

« Je suis choqué d’apprendre la nouvelle de l’accident d’avion à l’aéroport moscovite de Vnoukovo, qui a entraîné la mort du directeur du conseil d’administration et président du groupe pétrolier Total Christophe de Margerie et des membres de son équipage. Je vous prie de transmettre mes condoléances et paroles de compassion les plus sincères aux membres de la famille et aux proches de Christophe de Margerie, cet éminent entrepreneur français qui se trouvait à l’origine de nombreux grands projets communs ayant posé les fondations d’une collaboration longue et fructueuse entre la Russie et la France dans la sphère énergétique. En la personne de Christophe de Margerie, nous avons perdu un ami authentique de notre pays, dont nous garderons le meilleur souvenir. »

Vladimir Poutine dans une lettre à François Hollande

 Lire sur le même sujet : « Ce que disait Christophe de Margerie sur la Russie » ici

«Le président de la compagnie pétro-gazière Total Christophe de Margerie, mort à Vnoukovo, a fait beaucoup pour l’afflux d’investissements en Russie. C’est une douloureuse tragédie. »

Alexeï Koudrine, ancien ministre des finances russes

« La mort de Christophe de Margerie est indubitablement une immense perte, notamment pour la Russie. Le facteur personnel a toujours beaucoup signifié dans le grand business. De Margerie a toujours pris parti pour la coopération avec la Russie – et non seulement en coulisses, mais ouvertement. (…) Il existe toutefois un espoir que, quel que soit celui qui dirigera le groupe, il supportera la pression, et que la collaboration avec la Russie se poursuivra. »

Konstantin Simonov, Président de la Fondation pour la sécurité énergétique

 « Le président de Total de Margerie était un allié authentique de la Russie, ce qui est particulièrement important en ces temps de crise des relations entre la Russie et l’UE. S’il est confirmé que de Margerie est mort à cause d’un bordel scandaleux, d’un chauffeur ivre et de l’erreur d’un dispatcheur stagiaire, ce sera un coup dur à l’image de la Russie contemporaine. Les médias et politiciens occidentaux mettront l’accent sur le fait que les structures administratives de la Russie sont en crise. Cela donnera malheureusement du poids à ceux qui tentent d’organiser un coup d’État en Russie, notamment en démolissant le rouble au moyen de la baisse des prix du pétrole, cela les renforcera dans leur opinion que la Russie ne fait que semblant d’être forte mais est en réalité un colosse aux pieds d’argile, et qu’il faut simplement la bousculer plus fort pour obtenir un résultat. C’est-à-dire que la mort du président de Total conduira au renforcement de la pression sur la Russie et des tentatives d’enclencher un Maïdan russe. »

Sergueï Markov, politologue

Lire aussi : « Décès de Christophe de Margerie à Moscou : qui est coupable ? » ici

« C’était un authentique leader, un homme capable d’estimer avec largeur d’esprit les situations et possédant une pensée non standard. Sa mort est une grande perte, une perte irréparable pour la communauté des affaires, pour tout le secteur pétro-gazier. »

Sergueï Donskoï, ministre de la nature

« La collaboration du géant Total avec la Russie reposait exclusivement sur de Margerie. Pour la Russie, Total a été, après l’annonce des sanctions, d’une importance critique, vitale. La Russie a été amputée de ses équipements d’importation pour l’extraction de pétrole et de gaz. Et Total était le seul à pouvoir encore livrer ces équipements en Russie. Parce que de Margerie insistait personnellement pour cela. Mais maintenant, Total va « plier » devant les États-Unis, et la Russie va se retrouver sans équipements et l’extraction va chuter. »

Sergueï Pravossoudov, directeur de l’Institut de l’énergie nationale

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Maslenitsa : les blinis russes à la sauce chinoise, italienne, finlandaise…

Fêtée cette année du 9 au 18 février, la Maslenitsa est une sorte de Chandeleur russe. Mi-païenne, mi-religieuse, cette fête célèbre la fin de l’hiver et prépare le Grand Carême. Sur une proposition du magazine Afisha, des chefs cuisiniers étrangers ont revisité les blinis russes à leur façon.

16 février 2018
International

Sommet de Sotchi sur la Syrie : la presse russe mitigée

Le sommet sur la Syrie organisé à Sotchi les 29 et 30 janvier derniers devait être la consécration de l'action diplomatique russe dans ce pays. La presse moscovite se divise sur ses résultats.

6 février 2018
Culture

Oural : histoire d’une métamorphose

La légendaire moto soviétique Oural et sa version side-car, menacées de disparition dans les années 2000, connaissent une véritable renaissance. Entièrement repensées sans perdre leur image vintage, elles séduisent aujourd’hui les amateurs américains, européens et japonais

2 février 2018
  1. Oui surement, c’est vrai que placer dans le staff de Vnoukovo un conducteur de déneigeuse, un aiguilleur du ciel, le contrôleur sur la piste et le contrôleur de le constructeur de la station radar, sans oublier le responsable des plannings pour tous les mettre ensemble, c’est l’enfance de l’art pour la CIA, c’est bien connu. Arrêtez de paranoïer à tout propos sur les Américains, les accidents ça arrive, hélas!

Les commentaires sont fermés.