L’armée française, l’une des plus puissantes d’Europe ?

En ce jour de fête nationale, nous publions l’analyse de Russkaya planeta sur le complexe militaro-industriel de la France, qui fournit en totalité les forces armées du pays en équipement et en technologie. Et pourtant, les ambitions géopolitiques de Paris dépassent de façon significative ses possibilités militaires.Après avoir subi un lourd échec face à l’Allemagne au début de la Seconde Guerre mondiale, la France, dans les bilans du conflit, a été ramenée de façon artificielle non seulement parmi les vainqueurs, mais aussi au nombre des grandes puissances. Et depuis sept décennies, Paris s’efforce par tous les moyens de maintenir ce statut, faisant preuve d’ambitions immenses.Si la France est un des fondateurs de l’OTAN, de 1966 à 2009, elle ne faisait pourtant pas partie de la structure militaire de l’Alliance, manifestant un haut degré d’indépendance dans les affaires militaires et internationales. La France est une puissance nucléaire ; elle occupe, en quantité de charges explosives, la quatrième ou cinquième place dans le monde (après les États-Unis, la Russie, la Chine et, peut-être, Israël).Si géographiquement, la France est un pays continental, elle se comporte, sur le plan militaire, comme une puissance océanique, développant le plus activement son aviation et sa flotte. À la fin de la guerre froide, comme d’ailleurs presque tous les pays de l’OTAN, elle est passée pour son recrutement du principe de l’appel à celui du salariat et a réduit de façon significative ses forces armées. Tout en demeurant, pourtant, une des plus importantes puissances militaires au sein de l’Alliance et, plus généralement, en Europe.La France possède un puissant complexe militaro-industriel [voir chiffres ci-dessous], qui fournit presque totalement les forces armées du pays en équipement et en technologie. En outre, la France conçoit et fabrique une partie de sa technologie aérienne en collaboration avec d’autres pays, et avant tout la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Italie.Les troupes terrestres possèdent des corps de forces de réaction rapide et deux divisions, mais en temps de paix, les forces combattantes de ces corps sont de réserve. La base des troupes terrestres est constituée de 13 brigades : mécanisées, blindées, légère blindée, blindés légers « de marine », parachutiste, d’infanterie de montagne, des transmissions, du transport, franco-allemande et des forces spéciales. L’armée de terre possède également trois régiments aériens, six régiments de logistique et trois d’infanterie de marine sur les territoires d’outre-mer et à l’étranger (Djibouti,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019