Trump et Poutine sont-ils faits pour s’entendre ?

Alexandre Gorbatchev, expert pour la fondation Carnegie, à Moscou, explique ce qui unit le président russe Vladimir Poutine et son futur homologue américain Donald Trump. Le 1er mai 2016, sur les ondes d’une radio de l’État de l’Indiana, Donald Trump a déclaré qu’à la place de Barack Obama, il aurait abattu les avions russes volant près des côtes américaines. « Vous savez, si cet imbécile continue de nous chercher, à un moment ou à un autre, nous devrons tirer », a-t-il dit. Toutes les agences d’information en ont parlé. Pourtant, personne n’a précisé que Trump n’avait proposé d’abattre les avions russes qu’en dernier recours, seulement si la diplomatie s’avérait impuissante. Car la première chose que le président américain aurait dû faire dans cette situation, selon Donald Trump, aurait été de téléphoner à Vladimir Poutine pour lui demander ce qui se passait. Ainsi, Trump reprochait principalement à Obama non de ne pas tirer sur les avions russes, mais de ne pas appeler Poutine. Aujourd’hui, il y a toutes les raisons de supposer que si le nouveau président américain Donald Trump téléphone à Vladimir Poutine, celui-ci décrochera.Donald Trump a indubitablement de la sympathie pour Poutine. « [Poutine] dirige son pays, au moins, c’est un vrai leader – pas comme chez nous », a-t-il déclaré un jour, en réponse au compliment du président russe, qui l’avait qualifié d’homme « brillant et talentueux ».

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Souvenirs rock
du « pays des merveilles »

La chanteuse et productrice américaine Joanna Stingray, figure clef de la scène rock soviétique underground de la fin des années 1980, a fréquenté les artistes les plus emblématiques de la période, de Viktor Tsoï (chanteur du groupe Kino) à Boris Grebenchtchikov (musicien et compositeur de Kino, Aquarium).

 

17 mai 2019

Postface au 70e anniversaire de l’OTAN

Pour Sergueï Karaganov, président honoraire du Conseil de politique extérieure et de défense, influent think-tank russe de relations internationales, il est temps que l'OTAN trouve une raison d'exister autre que la menace, selon lui fabriquée, que ferait peser la Russie sur la sécurité du continent européen.

 

14 mai 2019

Mezen : un village
au chevet de son hôpital

À Mezen, petite ville du Grand Nord russe, les retraités se sont organisés pour financer la rénovation de l’hôpital municipal. Un reportage du magazine Ogoniok.

 

12 avril 2019