Trump et Poutine sont-ils faits pour s’entendre ?

Alexandre Gorbatchev, expert pour la fondation Carnegie, à Moscou, explique ce qui unit le président russe Vladimir Poutine et son futur homologue américain Donald Trump. Le 1er mai 2016, sur les ondes d’une radio de l’État de l’Indiana, Donald Trump a déclaré qu’à la place de Barack Obama, il aurait abattu les avions russes volant près des côtes américaines. « Vous savez, si cet imbécile continue de nous chercher, à un moment ou à un autre, nous devrons tirer », a-t-il dit. Toutes les agences d’information en ont parlé. Pourtant, personne n’a précisé que Trump n’avait proposé d’abattre les avions russes qu’en dernier recours, seulement si la diplomatie s’avérait impuissante. Car la première chose que le président américain aurait dû faire dans cette situation, selon Donald Trump, aurait été de téléphoner à Vladimir Poutine pour lui demander ce qui se passait. Ainsi, Trump reprochait principalement à Obama non de ne pas tirer sur les avions russes, mais de ne pas appeler Poutine. Aujourd’hui, il y a toutes les raisons de supposer que si le nouveau président américain Donald Trump téléphone à Vladimir Poutine, celui-ci décrochera.Donald Trump a indubitablement de la sympathie pour Poutine. « [Poutine] dirige son pays, au moins, c’est un vrai leader – pas comme chez nous », a-t-il déclaré un jour, en réponse au compliment du président russe, qui l’avait qualifié d’homme « brillant et talentueux ».

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019