S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Pourquoi la Russie suspend son accord sur le plutonium avec les États-Unis

Pourquoi la Russie suspend son accord sur le plutonium avec les États-Unis

La crise que connaissent les relations russo-américaines s’est encore envenimée. Lundi 3 octobre, la Russie a déclaré qu’elle suspendait l’accord qui l’unit aux États-Unis sur le recyclage du plutonium militaire. Un peu plus tard le même jour, Washington a annoncé l’interruption de sa participation aux canaux de communication bilatéraux avec Moscou, créés en vue de maintenir le régime de cessez-le-feu en Syrie. « Cela n’a pas été une décision facile à prendre. Mais notre patience a des limites », a déclaré le secrétaire d’État américain John Kerry, le 3 octobre, à propos du retrait par les États-Unis de leur personnel du centre russo-américain censé servir à l’échange de renseignements militaires entre les deux pays. « La Russie n’a pas garanti les conditions des accords de cessez-le-feu conclus le 9 septembre et a violé ses engagements humanitaires », a-t-il expliqué. Le département d’État américain a toutefois précisé que les canaux de communication militaires seraient maintenus afin d’éviter des incidents entre les avions russes et ceux de la coalition dirigée par les États-Unis.Cette déclaration du département d’État américain a suivi de quelques heures un décret du président Poutine qui suspend l’accord russo-américain sur le recyclage du plutonium militaire.Cette décision est liée à « un changement radical des circonstances », à « l’apparition d’une menace pour la stabilité stratégique due aux agissements hostiles des États-Unis à l’égard de la Russie » et à « l’incapacité des États-Unis de garantir l’exécution des engagements pris concernant le recyclage du plutonium militaire excédentaire,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Le Courrier de Russie

Biélorussie : un président en état de siège

L’élection présidentielle biélorusse se tient, ce dimanche 9 août, dans un climat de tension sans précédent. Fébrile face à la montée en puissance de l’opposition, le président sortant, Alexandre Loukachenko, a pris le risque de provoquer une crise diplomatique avec la Russie pour mobiliser son électorat.

 

6 août 2020