Le Courrier de Russie

Poutine au Japon pour des Kouriles russo-japonaises

Le président russe Vladimir Poutine s’est rendu au Japon les 15 et 16 décembre. Au programme de cette visite officielle : coopération, affaires et, surtout, îles Kouriles. Bilan.

68

Eaux thermales, rizières et forêts : le Premier ministre japonais Shinzo Abe avait misé sur sa bourgade natale de Nagato et son calme typiquement nippon pour accueillir cette visite du président russe – la première depuis onze ans. « Il est toujours plus facile de discuter en province », commentait Vladimir Poutine, satisfait, à la veille de son départ.

Afin de marquer le coup, le chef de l’État russe, pour sa part, a fait le déplacement avec la quasi-totalité de son gouvernement, dont les ministres du commerce, des ressources naturelles, de la santé et de l’énergie, ainsi que plusieurs grands chefs d’entreprise.

Ces derniers ont signé 68 mémorandums et autres accords de coopération avec des partenaires japonais, rapporte l’agence de presse russe RIA Novosti. Dans le domaine de l’énergie, on notera la signature d’un mémorandum sur le développement du gisement de charbon Elguinskoïé, en Yakoutie, et l’accord entre le géant pétrolier russe Rosneft et les corporations japonaises JOGMEC et INPEX sur le développement de recherches géologiques sur le plateau continental en mer du Japon.

Côté nouvelles technologies, l’Université technique de communication et d’informatique de Moscou va développer avec l’Institut national des technologies d’information et de communication du Japon des systèmes 5G et l’Internet des objets. ABBYY, concepteur russe de logiciels d’intelligence artificielle, coopérera avec les japonais Fujitsu et PFU sur la création de solutions de traitement de documentation écrite en plusieurs langues.

Enfin, les Japonais de Sojitz Corporation veulent construire une usine d’ammonium au Tatarstan – avec leurs compatriotes de Mitsubishi Heavy – et prendre en charge la reconstruction de l’aéroport de Khabarovsk, […]