fbpx

#ImpactJournalism – La veste intelligente qui diagnostique la pneumonie infantile

Six mois de toux et de fièvre éreintantes, ce fut trop pour la grand-mère d’Olivia Koburongo, 86 ans, déjà affaiblie par d’autres affections liées à l’âge.

Veste pneumonie Ouganda 2
L’Ouganda manque de matériel de diagnostic pour de nombreuses maladies, telle la pneumonie. Crédits : Brett Eloff

« Ma grand-mère a succombé à sa pneumonie car la maladie n’a pas été diagnostiquée à temps, faute d’équipement adéquat, raconte sa petite-fille, âgée de 26 ans. Pendant six mois, elle a pris un médicament qui n’était pas le bon, car plusieurs professionnels de la santé, dans différents établissements, lui avaient diagnostiqué une malaria. Ils n’ont découvert la pneumonie que lors de l’autopsie. »

Comme ses voisins, l’Ouganda manque de matériel de diagnostic pour de nombreuses maladies, telle la pneumonie. Les travailleurs de la santé ne peuvent se fier qu’aux examens cliniques de base. C’est pour pallier ce déficit qu’Olivia Koburongo, avec quatre autres personnes, a inventé en 2014 Mama-Ope ( « L’Espoir de maman »). Cette veste intelligente biomédicale détecte et analyse les symptômes de la pneumonie chez les enfants. Diplômée de l’école d’ingénierie des télécommunications de l’Université Makerere de Kampala, Olivia affirme, sur la base d’une étude conduite avec ses collègues, que le prototype développé par son équipe permet un diagnostic trois fois plus rapide que le processus habituellement utilisé en Ouganda, et réduit les risques d’erreurs.

Selon Brian Turyabagye, cofondateur de Mama-Ope et lui aussi ingénieur télécoms, « la veste établit un diagnostic, détecte à quel point les poumons sont atteints et permet de suivre la progression de la maladie, car les informations sont partageables ».

Comment ça marche ?

Veste Pneumonie Ouganda
Le Dr Rodney avec le bébé Alison, qui porte une veste Mama-Ope. Crédits : Brett Eloff

Le kit Mama-Ope fonctionne de la façon suivante : dès que la veste est enfilée par l’enfant, ses capteurs détectent le rythme des sons provenant des poumons et de la respiration, ainsi que la température corporelle. Chaque capteur identifie un symptôme particulier. En quatre minutes, les données sont calculées et transmises à une application, qui pose un diagnostic.

« L’appli reçoit l’information traitée via Bluetooth, l’analyse et la compare aux données connues, afin d’évaluer la virulence de la maladie », explique Brian Turyabagye.

L’équipe de Mama-Ope a également consulté l’Unicef et confié le test de son prototype à des chercheurs en médecine indépendants de l’Institut des maladies infectieuses auprès de l’Université Makerere. Le docteur Namwase, pédiatre à l’hôpital national de référence de Mulago, à Kampala, reconnaît que l’invention est « facile à utiliser parce qu’elle implique peu de processus et ne requiert aucune formation particulière pour les travailleurs de la santé ».

Après avoir posé un diagnostic, l’appli recommande les actions appropriées. Si la maladie est avancée, par exemple, elle conseille de se rendre à l’hôpital de référence le plus proche. En outre, grâce aux informations stockées sur le cloud, les médecins peuvent évaluer l’évolution du mal, en se reportant au tout premier diagnostic.

Les fondateurs de Mama-Ope espèrent que leur veste intelligente aidera à accélérer l’établissement du diagnostic et à réduire le nombre de décès dus à la pneumonie. Une contribution de taille aux objectifs de développement durable du pays, et aux efforts pour réduire le gaspillage de médicaments.

Pour en savoir plus : turyabagye.brian@gmail.com

Béatrice Nakibuuka

Daily Monitor, Ouganda

Un tournant

Mama-Ope a remporté le 2e prix du concours Big Ideas Innovation de l’Université de Californie de Berkeley, en 2015. La dotation, de 6 500 dollars, a fourni à l’équipe le capital d’amorçage nécessaire pour développer un prototype. Mama-Ope est en cours de certification par le ministère ougandais de la santé.

Selon le docteur Flavia Mpanga Kaggwa, spécialiste de la santé à l’Unicef en Ouganda, « pour être économiquement viable, la veste doit être approuvée par un régulateur. Mais je pense qu’elle sera un ajout important aux outils déjà utilisés pour diagnostiquer la pneumonie. »

L’équipe prévoit, une fois la certification obtenue, de faire fabriquer la veste à grande échelle et de la commercialiser dans les pays d’Afrique de l’Est pour 80 dollars pièce. En attendant, Mama-Ope engrange des soutiens partout dans le monde. En mars, Brian Turyabagye est sorti vainqueur de Pitch@Palace Africa, un événement organisé à Londres par le duc d’York.

Une maladie meurtrière

Les enfants et les personnes âgées sont particulièrement vulnérables face à la pneumonie. Selon l’Unicef, la maladie tue chaque année près d’un million d’enfants dans le monde : 922 000 en 2015, soit 16 % des décès d’enfants de moins de cinq ans. En Ouganda, l’Unicef estime que jusqu’à 24 000 enfants de moins de cinq ans y succombent chaque année, beaucoup après un diagnostic erroné de malaria.

[ijd id-media= »the-daily-monitor » id-solution= »P57″]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Selected by LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

Le Courrier de Russie littéraire

Quand la traduction précède l’édition originale

Quand la traduction précède l’édition originaleIl est de coutume, pour les traducteurs, de découvrir un texte en langue étrangère, de s’en enthousiasmer et de le traduire. C’est le circuit normal. Mais il arrive – rarement – que le cours des choses s’inverse. C’est le cas de Nastia, d’Andreï Alexandrov.À la fin de 2017, les éditions L’Inventaire / Nouveaux Angles en découvrent le manuscrit russe et décident aussitôt de le publier en français. Le livre paraît en février 2018, suscitant ce commentaire du Monde des Livres1 :« Un destin individuel, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

15 mars 2019
Le Courrier de Russie littéraire

Deux sommes sur Dostoïevski

Deux sommes sur DostoïevskiLes éditions des Syrtes publient Dostoïevski, un écrivain dans son temps1 de l’Américain Joseph Frank, spécialiste mondialement reconnu de l’auteur de Crime et Châtiment. Paru en anglais en cinq tomes, dans les années 1970, cet ouvrage exceptionnel a été condensé en un volume par l’auteur en 2010, avec une préface inédite.Jacques Catteau, spécialiste français de Dostoïevski tout aussi mondialement reconnu et ami de Joseph Frank, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

15 mars 2019
International

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique. La police mondiale n’avait plus de patron depuis la « démission » forcée de son président Meng Hongwei, accusé de corruption en Chine, et mystérieusement disparu, début octobre, au cours d’un voyage dans son pays. Son mandat devait s’achever en 2020. Deux candidats briguaient sa succession : le Sud-Coréen Kim Jong-yang, qui assure l’intérim depuis la disparition de Meng Hongwei, et Alexandre Prokoptchouk, haut fonctionnaire russe, vice-président de l’organisation, officiellement soutenu par Moscou. Pressions diplomatiques de Kiev et Washington Pour les États-Unis et l’Ukraine, et bien que le poste en jeu soit essentiellement représentatif, la perspective de se retrouver avec un Russe à la tête de l’organisation policière internationale relevait du cauchemar. Le lundi 19 novembre, à deux jours de l’élection du nouveau président, le ministre ukrainien de l’Intérieur, Arsen Avakov, dénonçait une candidature « absurde et contraire à l’esprit et aux buts d’Interpol. » Kiev menaçait même de quitter l’organisation si ses arguments n’étaient pas entendus. Alexandre Prokoptchouk n’est pourtant pas un étranger en Ukraine : il y est né au début des années 1960. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 novembre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne