Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'offre Découverte

Armes stratégiques : un nouveau monde sans traités

Armes stratégiques
Un nouveau monde sans traités

U.S. Air Force/ZUMA Wire/ZUMAPRESS

Quatre mois avant l’expiration du traité russo-américain de réduction des armes stratégiques (New Start), rien ne permet de dire si celui-ci sera prolongé. Quels sont les obstacles à un nouvel accord de désarmement nucléaire ? Le Courrier de Russie a interrogé Ilya Kramnik, spécialiste du Conseil russe des affaires internationales, l’un des plus importants think-tanks russes.

Les deux rounds de négociations sur la stabilité stratégique organisés par Moscou et Washington l’été dernier à Vienne étaient consacrés à la question d’une éventuelle prolongation de New Start, qui expire en février 2021. Que pensez-vous de l’issue de ces rencontres ?

Ilya Kramnik : La sécurité mondiale dépend de ce traité signé par les présidents Dmitri Medvedev et Barack Obama le 8 avril 2010, à Prague. Malheureusement, il n’y a, pour l’heure, aucune raison de se réjouir. La Russie et les États-Unis se sont contentés de consigner ce qui les oppose – rien de plus. Moscou semble prête à discuter d’une série de questions, mais toute discussion implique la volonté des partenaires d’accepter des compromis, ce qui n’est pas le cas de Washington. Il est évident qu’à l’approche de la présidentielle américaine, l’équipe de Donald Trump a besoin d’un succès dans les négociations sur le New Start. Il est tout aussi évident que les Russes n’ont aucune raison de faire le jeu des Américains : le risque est trop grand de s’engager à négocier un nouvel accord sans rien obtenir en échange.

Quels sont les principaux points de divergence entre Moscou et Washington dans ce dossier ?

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter