Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Biélorussie : les dangers du <em>statu quo</em>

Biélorussie
Les dangers du statu quo

Manifestation du 16 août 2020, à Minsk. Photo : Tatyana Zenkovich/EPA

Andreï Kortounov est le directeur général du Conseil russe pour les affaires internationales (RIAC), l’un des plus prestigieux cercles de réflexion politique russes.


Les événements dramatiques que la Biélorussie connaît actuellement pourraient se produire tôt ou tard en Russie.

Le régime d’Alexandre Loukachenko est-il solide ? Jusqu’où l’opposition est-elle capable d’aller et sur quelles forces peut-elle compter ? Quel parti prendront les services de sécurité si l’instabilité perdure ? Quel rôle jouent – ou seront amenés à jouer – les différents acteurs étrangers dans la crise ?

On peut disserter éternellement sur ces questions auxquelles seule l’Histoire apportera une réponse définitive. Aujourd’hui, nul ne saurait prévoir l’issue des événements qui se déroulent en ce moment même dans les rues de Minsk et des autres villes de Biélorussie.

Cependant, un constat s’impose : le dernier État soviétique de l’ancienne URSS est en train de disparaître sous nos yeux. Cette vitrine du socialisme a fini par se couvrir de fissures, et personne – ni Alexandre Loukachenko ni son éventuel successeur – n’est en mesure d’en recoller les morceaux et d’en empêcher l’effondrement.

La tentation de l’étouffement

Trois décennies durant, des millions d’habitants de l’espace postsoviétique considéraient la Biélorussie avec un pincement au cœur, mélange de nostalgie, d’admiration et d’envie.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter