S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Biélorussie : Loukachenko face à la rue

Biélorussie
Loukachenko face à la rue

Crédits Image : Rassemblement de l'opposition, à Minsk, le 7 juin 2020. Photo : TASS / AP / Sergei Grits

À deux mois de l’élection présidentielle biélorusse, prévue le 9 août, la situation se tend entre le pouvoir et l’opposition. Les manifestations se multiplient dans les principales villes du pays.

Au pouvoir à Minsk depuis 1994, Alexandre Loukachenko a l’habitude des scrutins faciles à l’issue prévue d’avance. Cette sixième campagne électorale prend toutefois un tour inattendu pour lui. Contrairement à ce qui se passe d’ordinaire, il ne dispose pas de réserves budgétaires suffisantes pour les traditionnelles hausses pré-électorales des retraites et des salaires, et ses tournées dans les campagnes et les usines n’amusent plus personne : malgré 50 000 cas officiels de contamination et près de 300 morts de la Covid-19, les autorités minimisent toujours la réalité de l’épidémie. Le défilé militaire du 9 mai a été maintenu, et le championnat de football suit son cours. 

"C’est la première campagne présidentielle durant laquelle Moscou ne soutient pas publiquement Loukachenko."

Dans ce contexte, le pouvoir est confronté à une vague de contestation sans précédent. Sur Telegram, refuge d’une opposition privée de parole par la censure des chaînes publiques (et l’autocensure des médias indépendants), photos et vidéos se multiplient, montrant le camp retranché de barbelés qu’est devenue la résidence présidentielle. La police, le comité de sécurité de l’État (KGB…) et même l’armée sont sur le pied de guerre. 

Le blogueur et le banquier 

La situation a commencé à se tendre le 21 mai, date marquant le lancement de la campagne de parrainages.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Denis Lavnikevitch, Minsk

L’année prochaine, à Minsk

L’année prochaine, le président biélorusse Alexandre Loukachenko devrait fêter vingt-cinq ans de pouvoir sans partage. Mais cet anniversaire pourrait bien ne jamais avoir lieu. Plusieurs décisions récentes du Kremlin laissent présager d’un avenir différent : la Biélorussie risque, d'ici quelques mois, de ne plus être un État complètement souverain...

 

29 août 2018