S'abonner, c'est dessiner avec la Russie les horizons du Monde de demainDécouvrir nos offres

Loukachenko, le grand frère russe et l’ami américain

Loukachenko,
le grand frère russe
et l'ami américain

Bien que les présidents Poutine et Loukachenko multiplient les rencontres au sommet – ils ont même joué ensemble au hockey, le 7 février dernier, à Sotchi –, les relations entre la Russie et son meilleur allié de l’espace postsoviétique, la Biélorussie, se détériorent à vitesse grand V. Et pas uniquement pour des questions énergétiques.

À la fin de 2019, les négociations sur les prochaines livraisons de pétrole russe à Minsk échouent. En conséquence, au début de 2020, la Russie ferme les vannes pendant quelques jours. Dans l’urgence, Alexandre Loukachenko se tourne vers des compagnies pétrolières privées afin d'éviter la pénurie d’essence dans son pays.

En représailles, il instaure une « taxe écologique » de 50 % sur le pétrole traversant son pays via l’oléoduc Droujba. Puis il fait fermer un tronçon entier du pipeline, sous prétexte d’y effectuer des réparations urgentes…

M. Loukachenko ne veut pas lâcher le pouvoir et se retrouver, demain, gouverneur parmi d’autres, aux ordres du Kremlin.

« La Russie veut nous vendre son pétrole plus cher que le prix du marché, se plaint-il au cours d’une conférence de presse au mois de janvier. C’est du jamais vu ! J’ai donc refusé et prévenu que, si Moscou ne baissait pas ses tarifs, nous nous tournerions vers d’autres fournisseurs. Nous les avons déjà trouvés. »

Effectivement, Minsk vient d’acheter environ 80 000 tonnes de pétrole norvégien. Mais ce dernier est plus onéreux que le brut russe, et Loukachenko espère encore s’entendre avec Poutine (la Biélorussie tire des bénéfices substantiels de l'exportation de produits pétroliers transformés, issus du brut russe).

Des relations à bout de souffle

Le 7 février, à Sotchi, les deux chefs d’État passent près d’une heure en tête-à-tête, mais les négociations n’avancent pas. À l’issue de la rencontre, M. Loukachenko se dit « prêt à acheter le pétrole russe au prix du marché », sans expliquer où il trouvera les fonds nécessaires…

Aujourd’hui, les relations bilatérales sont dans l’impasse.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Denis Lavnikevitch, Minsk

L’année prochaine, à Minsk

L’année prochaine, le président biélorusse Alexandre Loukachenko devrait fêter vingt-cinq ans de pouvoir sans partage. Mais cet anniversaire pourrait bien ne jamais avoir lieu. Plusieurs décisions récentes du Kremlin laissent présager d’un avenir différent : la Biélorussie risque, d'ici quelques mois, de ne plus être un État complètement souverain...

 

29 août 2018

Moscou-Minsk : le printemps de la discorde

Durant la Coupe du monde de football 2018, les touristes munis d’un visa russe pourront se rendre librement en Biélorussie autant de fois qu’ils le souhaitent, et inversement pour ceux qui séjourneront dans ce pays lors des prochains Jeux européens, du 14 au 30 juin 2019.

 

5 juin 2018