S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Front national : l’emprunt russe

Front national
L'emprunt russe

L’entreprise russe Aviazaptchast réclame devant les tribunaux moscovites une dette de 9 millions d’euros contractée par le Front national en 2014.

D’un côté, Aviazaptchast, un exportateur d’équipements technologiques pour l’aviation civile et militaire. De l’autre, le Front national (aujourd’hui Rassemblement national). Le lien entre les deux ? Un prêt de 639,7 millions de roubles (9 millions d’euros) souscrit par le parti de Marine Le Pen auprès de la First Czech-Russian Bank (FCRB) en 2014, et dont Aviazaptchast a récupéré la créance il y a quelques années. L’échéance étant fixée à septembre dernier, l’entreprise russe a exigé son remboursement devant le Tribunal arbitral de Moscou en décembre, comme le rapporte le site Otkrytyïé Media (« Médias ouverts »).

Un plaignant bien armé 

Si l’on ne présente plus le parti dirigé par Marine Le Pen, il n’est pas superflu de dire deux mots de son « adversaire ». Aviazaptchast est l’héritière d’Aviazagranpostanovka, l’entreprise soviétique chargée de l’exportation de pièces détachées aéronautiques vers l’Asie et vers l’Afrique. Selon les informations obtenues par Le Courrier de Russie, cette société s’occupe de la maintenance de certains équipements militaires déployés en Syrie, pour le compte tant de l’armée russe que des forces de Bachar el-Assad. Le quotidien économique RBC rapporte d’ailleurs qu’elle a passé, en 2017, deux contrats avec des organismes liés au ministère russe de la Défense, pour la somme totale de 4,8 milliards de roubles (68,3 millions d’euros). Elle dispose également d’au moins un bureau à l’étranger – en Algérie. 

Selon le journal en ligne Otkrytyïé Media, le propriétaire d’Aviazaptchast, Valeri Zakharenkov, aurait été impliqué dans une affaire de trafic d’armes il y a quelque temps. Toutefois, aucune autre source ne confirme cette information. Par ailleurs, Aviazaptchast n’a pas souhaité donner suite aux demandes de renseignements adressées par Le Courrier de Russie

"Les banques comme la FCRB sont généralement contactées pour des montages financiers opaques, dans lesquels ne veulent pas tremper les banques réputées."

À certains égards, la société a des airs de centre de préretraite dorée pour anciens cadres des services secrets et du complexe militaro-industriel.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Boris Iounanov

Dijon : Kadyrov en Petit Père des Tchétchènes

Le chef de la république de Tchétchénie a publiquement soutenu les membres de la diaspora tchétchène impliqués dans la flambée de violence de Dijon. Une prise de position qui tranche avec sa sévérité habituelle à l’égard de ses compatriotes de l’étranger.

 

24 juin 2020

Moscou : un déconfinement kafkaïen

Masques imposés aux joggeurs, promenades un jour sur deux, attestation de domicile nécessaire pour sortir… À partir de ce lundi 1er juin, les habitants de Moscou découvrent un « monde d’après » digne d’Orwell ou de Kafka.

 

1 juin 2020