S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Fin du traité New Start : le nouveau Far West nucléaire

Fin du traité New Start
le nouveau Far West nucléaire

Le traité New Start de réduction des armes stratégiques, signé en 2010 par les États-Unis et la Russie, arrivera à échéance dans un an. Si Moscou se montre favorable à sa reconduction, Washington multiplie les déclarations contradictoires sur le sujet. L’absence de consensus inquiète le directeur du Centre de sécurité internationale de l’Académie des sciences de Russie (IMEMO RAN), Alexeï Arbatov.

Les États-Unis ont-ils pris une décision concernant l’avenir du traité New Start ?

Alexeï Arbatov : Non, aucune. L’administration américaine est paralysée. Pour commencer, presque tous les hauts responsables et conseillers qui ont travaillé sur ce dossier, comme l’ancienne vice-secrétaire d’État Andrea Thompson, sont partis. Ensuite, les déclarations périodiques de bonne volonté sont souvent suivies de réserves : le traité a été signé par Barack Obama [Donald Trump s’efforce depuis trois ans de revenir sur les principales décisions de son prédécesseur, ndlr], il laisse de côté de nombreuses questions, etc.

La Maison-Blanche avance également la nécessité d’impliquer la Chine dans le processus, mais c’est d’une bêtise monstrueuse : la Chine possède 150 têtes nucléaires et 150 lanceurs, alors que le traité fixe un plafond à 1 500 têtes nucléaires et 700 lanceurs. En d’autres termes, en rejoignant le traité, la Chine serait fondée juridiquement à multiplier son arsenal par dix. C’est absurde ! Ni les États-Unis ni la Russie n’accepteront jamais ! À la rigueur, la question chinoise pourra être examinée lors de négociations ultérieures, sur les bases du traité existant.

Alexeï Arbatov. Photo : moshekantor

Les militaires américains s’y déclarent ouvertement favorables. Ils mettent en avant la transparence introduite par le texte, qui permet de prévoir cinq ans à l’avance l’état de l’arsenal russe. Le problème est que le Département d’État et le Conseil de sécurité nationale sont dans l’impossibilité de se mettre d’accord avec Donald Trump qui ne comprend rien – et ne veut rien comprendre – aux questions de désarmement. Il ne veut pas se plonger dans le dossier et se contente de déclarations générales – au demeurant contradictoires.

Quelles conséquences pourrait avoir un non-renouvellement du traité New Start ?

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Abonnez-vous au Courrier de Russie pour 1€ et profitez de toute l’actualité

Je m'abonne

Déjà abonné ?

Se connecter

Armes stratégiques : un nouveau monde sans traités

Quatre mois avant l’expiration du traité russo-américain de réduction des armes stratégiques (New Start), rien ne permet de dire si celui-ci sera prolongé. Le Courrier de Russie a interrogé Ilya Kramnik, spécialiste du Conseil russe des affaires internationales.

 

8 octobre 2020