Guerre dans le Donbass : un sommet Normandie laborieux
International

Conflit dans le Donbass
un sommet Normandie laborieux

Cyril Meyer est le pseudonyme d’un spécialiste des questions stratégiques qui a observé de près le processus de Minsk.

L’arrivée de Volodymyr Zelensky à la tête de l’exécutif ukrainien a suscité des espoirs nouveaux pour la résolution de la question du Donbass. L’idée d’un sommet en format Normandie, le premier depuis 2016, a donc circulé à partir de la fin de l’été dernier, notamment sous l’impulsion d'Emmanuel Macron, désireux d’améliorer les relations avec la Russie. Le Kremlin a rapidement fixé deux conditions à cette rencontre : l’acceptation par Kiev de la « formule Steinmeier » et le désengagement des combattants sur le terrain en trois points de la ligne de contact.

En principe, le plus compliqué aurait dû être l’obtention du blanc-seing ukrainien à la proposition de Frank-Walter Steinmeier, faite quand il était encore ministre des Affaires étrangères de la République fédérale d'Allemagne, de faciliter l’organisation d’élections dans le Donbass et de doter cette région d’un statut spécial.

Le 11 septembre dernier, les conseillers diplomatiques des chefs de l’exécutif allemand, français, russe et ukrainien se sont mis d’accord sur un texte écrit de la « formule Steinmeier ». Il a été validé séparément par toutes les parties, le 1er octobre, sous la forme d’un courrier adressé au représentant spécial de l’OSCE, Martin Sajdik. Il ne s’agit, somme toute, que d’un pas modeste sur la voie d’un règlement politique. Pourtant, dès le lendemain, Volodymyr Zelensky a dû faire face aux critiques virulentes de son opposition et à une manifestation des principales organisations nationalistes.

Initialement évasif quant à la possibilité d’un tête-à-tête entre MM. Poutine et Zelensky, le Kremlin s’est fait plus constructif à quelques jours de la réunion.

Ce même 1er octobre, les deux camps, loyalistes et séparatistes, ont validé le plan de désengagement de leurs forces des zones de Petrovskoïé et Zolotoïé. Le processus a cependant été laborieux,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné se connecter

Cyril Meyer

Dernières nouvelles de la Russie

Le torpillage des accords de Minsk sous l’ère Porochenko

Visite de M. Poutine à Brégançon, discours de M. Macron aux ambassadeurs : depuis plusieurs semaines, il semble que la France ait décidé de reprendre la main sur la question ukrainienne. Il était temps, après un étonnant et regrettable immobilisme sur le sujet.

 

18 septembre 2019

Retour sur l’intervention russe en Syrie

Lorsque la Syrie est à son tour touchée par le « printemps arabe » et s’enfonce peu à peu dans la guerre civile, à partir de l’été 2011, Moscou craint que l'interventionnisme occidental n'entraîne une situation à la libyenne, susceptible de déstabiliser d'autres régions, y compris celles du sud de la Russie. Le Kremlin décide donc de soutenir Damas...

 

18 juillet 2019