S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Contrôle de l’armement : quatre conseils à Emmanuel Macron

Contrôle de l'armement
Quatre conseils à Emmanuel Macron

En rejetant la proposition de moratoire sur le déploiement de missiles à portée intermédiaire formulée par Vladimir Poutine, tout en laissant ouverte la porte à des négociations sur la question, Emmanuel Macron a soulevé de vives réactions chez ses alliés et partenaires.

Certains médias européens se sont empressés d’en conclure que le président français approuvait de fait la position de son homologue russe (telle est également l’interprétation retenue dans les commentaires du Kremlin). Dans les capitales d’Europe centrale, l’Élysée a donc été accusé de vouloir encore une fois briser l’unité des Occidentaux et d’être prêt à d’injustifiables concessions envers Moscou.

M. Macron a ensuite éclairci sa position, afin de dissiper les inquiétudes de ses partenaires européens et du secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. Il a affirmé que la France ne soutenait pas l’idée d’un moratoire, mais qu’elle ne souhaitait pas renoncer au projet d’une « nouvelle architecture de sécurité » en Europe, incluant la Russie, et que, de manière générale, elle était favorable à un dialogue « transparent, approfondi et exigeant » avec cette dernière sur la question des armements. « Ne faisons fi d’aucune base susceptible de favoriser de futures discussions », a-t-il déclaré en substance.

Cette rhétorique équivoque s’explique. D’un côté, l'hôte de l’Élysée n’a aucune envie d’ouvrir un nouveau front d’opposition vis-à-vis d’une Alliance avec laquelle il entretient déjà des relations pour le moins compliquées. De l’autre, il ne veut pas manquer l’occasion de prendre le leadership de la politique étrangère de l’Union européenne, notamment sur le dossier clef de la Russie. Enfin, il ne souhaite pas laisser les sujets du contrôle des armements et de la sécurité du continent entre les mains de Donald Trump, partenaire peu fiable et mal disposé à l’égard de l’Europe.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Par Andreï Kortounov

Coronavirus : la détente internationale manquée

Il y a six mois, tandis que le nouveau coronavirus venait de franchir les frontières chinoises et commençait sa conquête de l’Europe et de l’Amérique du Nord, responsables et analystes politiques ouvraient déjà le débat sur le « monde d’après ». Aux craintes des pessimistes s’opposaient notamment les espoirs des optimistes, pour lesquels la pandémie et la récession mondiale contraindraient l’humanité à mettre de côté ses dissensions.

 

14 septembre 2020

Biélorussie : les dangers du statu quo

Le régime d’Alexandre Loukachenko est-il solide ? Jusqu’où l’opposition est-elle capable d’aller et sur quelles forces peut-elle compter ? Quel parti prendront les services de sécurité si l’instabilité perdure ? Quel rôle jouent les différents acteurs étrangers dans la crise ? On peut disserter éternellement sur ces questions auxquelles seule l’Histoire apportera une réponse définitive.

 

17 août 2020

La Russie entre citadelle et bunker

La récente réforme constitutionnelle pose la question brûlante des relations que la Russie souhaite entretenir avec le monde. Les hauts fonctionnaires russes se voient désormais obligés de résider sur le territoire de la Fédération; ils ont l’interdiction de détenir un titre de séjour permanent à l’étranger, ainsi que de posséder un compte en banque et des valeurs mobilières hors de leur pays.

 

13 juillet 2020