Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Ukraine-Gate : Moscou doit aider Zelensky

Ukraine-Gate : Moscou doit tendre la main à Zelensky

Depuis plusieurs semaines, Donald Trump est accusé d’avoir demandé à son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, au cours d’un entretien téléphonique, de l’aider à discréditer Joe Biden, son probable adversaire démocrate à la présidentielle de 2020. Pour le camp Trump, ces allégations sont absurdes. Pour ses adversaires, elles sont assez fondées pour engager une procédure de destitution du président américain. La Russie peut-elle tirer parti de la polémique ?

À première vue, cet Ukraine-Gate sert incontestablement les intérêts de Moscou. D’une part, cette nouvelle « affaire » relègue un peu plus à l’arrière-plan les sempiternelles accusations d’ingérence russe dans la présidentielle de 2016. Le rapport du procureur Robert Mueller, rendu public au printemps dernier, conclut déjà – au grand dam du Parti démocrate ‒ à l’absence de preuves d’une quelconque collusion entre M. Trump et le Kremlin. Le déplacement de l’attention de Moscou vers Kiev a nécessairement été accueilli avec soulagement en Russie.

D’autre part, la publication du verbatim de l’entretien téléphonique entre les présidents américain et ukrainien met en difficulté un Zelensky fort peu diplomate – il accuse,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter

Haut-Karabagh : gueule de bois pour les grandes puissances

Dans sa nouvelle inachevée « Et au matin ils se réveillèrent... », l’écrivain soviétique Vassili Choukchine décrit le réveil de huit hommes en cellule de dégrisement. À mesure qu’ils reprennent leurs esprits, ils en viennent à s’interroger sur les événements qui les ont amenés là et sur leur propre comportement. La guerre du Haut-Karabagh suscite des questions de ce genre à propos des grandes puissances.

 

12 octobre 2020

Les relations russo-turques en terrain miné

Analystes, journalistes et blogueurs comparent à l’envi les actuels présidents de Turquie et de Russie. Il faut dire que certains parallèles sautent aux yeux. Pas plus que Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdoğan n’est un fervent adepte des principes libéraux occidentaux ; comme lui, la coopération avec l’Europe l’a déçu. Tous deux prônent les «valeurs traditionnelles», s’appuient sur le «peuple profond» et encouragent la «renaissance religieuse».

 

5 octobre 2020

Coronavirus : la détente internationale manquée

Il y a six mois, tandis que le nouveau coronavirus venait de franchir les frontières chinoises et commençait sa conquête de l’Europe et de l’Amérique du Nord, responsables et analystes politiques ouvraient déjà le débat sur le « monde d’après ». Aux craintes des pessimistes s’opposaient notamment les espoirs des optimistes, pour lesquels la pandémie et la récession mondiale contraindraient l’humanité à mettre de côté ses dissensions.

14 septembre 2020