S'abonner, c'est dessiner avec la Russie les horizons du Monde de demainDécouvrir nos offres

Le Kremlin face aux Verts européens

Le Kremlin face aux Verts européens

Andreï Kortounov est le directeur général du Conseil russe pour les affaires internationales (Russian International Affairs Council, RIAC), l’un des plus importants think-tanks russes.

Au-delà du large succès des droites populistes et eurosceptiques lors des élections européennes de mai dernier, les résultats du scrutin ont révélé une tendance aussi significative qu’inattendue : la nette progression des écologistes, qui se trouvent désormais en position de concurrencer tant les formations politiques les plus extrêmes, que les partis de centre droit et de centre gauche, ces derniers détenant traditionnellement le pouvoir à Bruxelles.

Des partenaires difficiles

Les Verts sont arrivés deuxièmes en Allemagne et troisièmes en France, et ont enregistré des succès importants en Finlande, au Portugal, en Irlande et jusque dans ce Royaume Uni qui n’en finit pas de quitter l’Union. Ils se présentent aujourd’hui comme la quatrième force du parlement européen. De plus, contrairement aux populistes de droite, ils sont soudés et ont des visées communes. Enfin, tout laisse à penser que leur influence ira croissant : en mai, un tiers des moins de trente ans a voté pour eux.

À Moscou, le « verdissement » du parlement européen ne suscite pas l’enthousiasme.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Andreï Kortounov

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019