S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Moscou-Bruxelles, <br>une relation inachevée

Moscou-Bruxelles
une relation inachevée

Andreï Kortounov est le directeur général du Conseil russe pour les affaires internationales (Russian International Affairs Council, RIAC), l’un des plus importants think-tanks russes.

Il y a trois ans, Bruxelles, par la voix de sa haute représentante pour les affaires étrangères, Federica Mogherini, appelait à une « coopération sélective » avec Moscou. Les bonnes intentions n’ont pas été suivies d’effet.

En mars 2016, en pleine crise des relations entre Moscou et Bruxelles, Federica Mogherini énonçait les nouveaux principes de la politique européenne vis-à-vis de la Russie. La « coopération sélective » devait notamment permettre à Bruxelles d’agir en collaboration avec Moscou sur des dossiers d’intérêt commun (conflits régionaux, problèmes mondiaux) sans pour autant la contraindre à des concessions unilatérales à l’égard du Kremlin ou à fermer les yeux sur le comportement « agressif et irresponsable » de ce dernier sur la scène internationale.

Une symphonie à peine ébauchée

Faire la part des intérêts convergents et des désaccords ; développer les partenariats existants afin d’encourager une attitude constructive de la Russie et, à l’inverse, sanctionner la mauvaise volonté de celle-ci par un renforcement des mesures restrictives ; favoriser les relations, à Moscou, avec les partisans du dialogue, et isoler les adversaires de toute coopération bilatérale. Cette position apparaissait solide et marquée au coin du bon sens.

Certes,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Andreï Kortounov

Moscou-Pékin-Washington : le singe et les deux tigres

Depuis plusieurs semaines, Pékin est confrontée à un concert de critiques de la part des capitales occidentales, qui l’accusent notamment d’avoir masqué la dangerosité du Covid-19 et de taire l’étendue réelle de l’épidémie sur son territoire. Dans ce contexte, la position de Moscou, une de ses principales alliées, est des plus délicates.

11 mai 2020

Le scénario du moindre mal

Toutes les épidémies ont une fin. Celle du Covid-19 n’échappera pas à la règle, nous laissant un lourd héritage : des centaines de milliers de tragédies humaines, des pertes économiques considérables et la nécessité de changer nos modes de vie.

 

27 avril 2020