S'abonner, c'est découvrir la Russie sans préjugés ni concessionsDécouvrir nos offres

Les contours du nouveau « reset » russo-américain

Les contours du nouveau « reset » russo-américain

Le 14 mai, Vladimir Poutine et son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, ont reçu, à Sotchi, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo. Le même jour, à la grande surprise du Kremlin, Donald Trump annonçait qu'il rencontrerait son homologue russe à l'occasion du prochain sommet du G20, prévu en juin au Japon.

À Moscou, on se montre étonnamment réservé quant à l'éventualité de ce prochain sommet Poutine-Trump. Le conseiller du président russe aux affaires extérieures, Iouri Ouchakov, a ainsi précisé que le Kremlin n’avait, « pour l’heure, entamé aucun préparatif ». Le directeur de la Fondation des études américaines de l’Université d’État de Moscou, Iouri Rogoulev, appelle, pour sa part, à attendre l’issue des négociations de Sotchi : « La rencontre aura lieu uniquement si Mike Pompeo obtient des avancées significatives sur les dossiers brûlants du moment, Venezuela, Ukraine, Syrie et Iran », estime M. Rogoulev.

Pourtant, une chose est indéniable : les États-Unis veulent dialoguer. Le 3 mai dernier, MM. Poutine et Trump se sont entretenus par téléphone à l’initiative de ce dernier. Une conversation qui suivait de peu la visite à Moscou, le 18 avril, de Fiona Hill, conseillère du président américain pour les relations avec la Russie. Plus récemment, toujours à la demande de Washington, MM. Pompeo et Lavrov se sont croisés en marge du conseil de l’Arctique, en Finlande, sans doute pour préparer leur rencontre de Sotchi.

Le Venezuela comme ballon d’essai

Depuis le début de l’année 2019, le Venezuela est le théâtre d’un nouveau bras-de-fer entre Moscou et Washington, les Russes soutenant le président élu, Nicolas Maduro, contre son principal opposant, Juan Guaido, appuyé par les États-Unis. Plusieurs déclarations américaines témoignent de la tension régnant entre les deux puissances : M. Pompeo somme la centaine de conseillers militaires russes débarqués en mars à Caracas de « quitter le Venezuela »,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Eugene Bai

Russie-Venezuela : une amitié durable

Au Venezuela, la balance penche de plus en plus du côté… du Kremlin. Grâce au soutien de la Russie, le régime de Nicolas Maduro est sauvé et la menace d’intervention américaine semble écartée. Cependant, le pays est toujours au bord de la faillite.

 

3 octobre 2019