L’Estonie s’aventure à petits pas en Russie

Le 18 avril, la présidente de l’Estonie, Kersti Kaljulaid, était à Moscou, où elle s'est entretenue avec Vladimir Poutine. La dernière rencontre au niveau présidentiel entre les deux pays - pourtant voisins - remontait à 2008.

« Cela fait longtemps que l'on ne s’était pas vus. » C’est ainsi que Vladimir Poutine a accueilli son homologue estonienne, sourire de circonstance aux lèvres. Officiellement, Mme Kaljulaid était à Moscou pour l’inauguration de l’ambassade estonienne, en rénovation depuis 2016. Mais sa visite en Russie visait aussi à rappeler que Tallinn, membre de l’Union européenne (UE) et de l’Otan, sait faire entendre sa voix indépendamment de ces organisations. « Nous parlons beaucoup de la Russie à Bruxelles. Il est toutefois plus honnête d’exprimer sa pensée directement au président russe », a-t-elle déclaré à la presse estonienne à son retour. Kersti Kaljulaid était sans doute également venue chercher, sinon un soutien russe, du moins une promesse que Moscou ne mettrait pas son veto, en 2020, à l’accession de Tallinn au statut de membre non-permanent du Conseil de sécurité des Nations unies.

Critiquée par son opposition pour s'être rendue dans un pays « avec lequel l'Estonie n'entretient pas de bonnes relations » et accusée par le ministre des Affaires étrangères lituanien,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

David François et Thibaut de Maistre

Dernières nouvelles de la Russie

Younarmia : une jeunesse au garde-à-vous

Dans un contexte de tensions croissantes avec l'Occident, la Russie cherche à renforcer le sentiment patriotique de sa jeunesse. Alors que la Russie fête, le 9 mai, la Victoire de l’URSS sur l’Allemagne nazie en 1945, plusieurs centaines de jeunes, âgés de 8 à 18 ans et membres du mouvement militaro-patriotique Younarmia, défileront dans tout le pays.

 

8 mai 2019

Rivalité franco-russe sur le marché de l’armement indien

Les récents affrontements armés avec le Pakistan ont mis en lumière l'importance pour New Delhi de moderniser son armée et de se réarmer. La France et la Russie se retrouvent en concurrence directe sur ce juteux marché.

 

6 mars 2019

Asie Centrale
Tachkent à la manœuvre

Du 19 au 21 février, Tachkent, capitale de l'Ouzbékistan, accueillait deux conférences internationales, l’une sur la coopération en Asie centrale, l’autre consacrée à la sécurité régionale.

 

5 mars 2019