Le Grand jeu du Grand Nord

Le bras de fer entre la Russie et les États-Unis s’étend jusque dans l’Arctique. Afin de s’assurer le contrôle de la route maritime du Nord, Moscou réactive massivement toute l’ancienne infrastructure militaire soviétique située au-delà du cercle polaire. Washington y voit une menace et une « source de tension potentielle », selon un rapport du Congrès américain. De fait, l’OTAN n’a de cesse, ces derniers temps, d’intensifier son activité militaire dans les régions les plus septentrionales du globe.

La géographie est une notion clé pour comprendre l’importance stratégique de la région. L’océan Arctique est le plus court trajet pour relier la Russie et les États-Unis. Lors de son discours annuel à l’Assemblée fédérale du 20 février dernier, Vladimir Poutine a promis des mesures « réciproques et asymétriques » si l’OTAN choisissait effectivement d’installer des missiles américains de moyenne portée en Europe. Ces mesures, a précisé le président de Russie, impliqueraient « le déploiement d’armements dirigés contre les territoires où sont prises les décisions quant à l’usage de missiles menaçant notre pays ». Un peu plus tard, aux patrons la presse russe, le chef de l’État s’est montré encore plus clair : il est effectivement question d’envisager l'hypothèse de frappes contre les États-Unis. L’opération serait confiée à des navires de surface et des sous-marins, qui patrouilleraient à une distance de 400 kilomètres des côtes américaines (juste au-delà de la zone économique exclusive des États-Unis). Pour rejoindre cette zone, les navires russes utiliseraient vraisemblablement les anciens itinéraires maritimes soviétiques dans l’Arctique.

L’OTAN tourne autour du pôle

Ce déploiement aurait inévitablement pour conséquence d’aggraver brutalement la confrontation Russie-Occident en Arctique, zone de rivalités majeures au temps de la « guerre froide ». À l’époque, la bataille navale faisait rage entre l’URSS et les États-Unis dans la région, à coups de traques mutuelles de sous-marins, couverts par des navires de surface et appuyés par des patrouilles aériennes, impliquant des avions de reconnaissance, mais aussi de combat.

L’Arctique pourrait donc bien devenir le théâtre d’une nouvelle « guerre froide ». Récemment, l’amiral James Foggo, commandant des forces navales US en Europe, a averti que les États-Unis ne laisseraient pas la Russie – et la Chine – asseoir leur domination dans la région. Un peu plus tôt, le Secrétaire d’État britannique pour la Défense, Gavin Williamson, avait fait part de l’intention du Royaume-Uni de déployer des troupes dans l’océan Arctique, afin de se protéger de la Russie. Enfin, selon le Secrétaire de la Marine américaine, Richard V. Spencer, « la menace est revenue. L’Arctique est la région sur laquelle nous devons concentrer notre attention aujourd’hui ».

De fait,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Alexandre Goltsexpert militaire

Dernières nouvelles de la Russie

Belgorod-Poséidon :
le tandem de l’Apocalypse ?

À la fin d’avril, au cours d'une cérémonie officielle, les chantiers navals de Severodvinsk (dans le Grand Nord russe) ont lancé le croiseur sous-marin nucléaire Belgorod, destiné à porter les toutes nouvelles torpilles sous-marines à capacité nucléaire Poséidon.

 

13 mai 2019

Détroit de Kertch : Du bon usage de la loi du plus fort

L’arraisonnement de trois navires ukrainiens par les gardes-côtes russes dans le détroit de Kertch, le 25 novembre dernier, a provoqué un incident diplomatique d’une ampleur imprévue pour Moscou.

 

5 décembre 2018

Minsk-Varsovie : Partie d’échecs en Europe orientale

La frontière qui sépare la Pologne de la Biélorussie pourrait bientôt devenir l’épicentre d’une nouvelle confrontation entre blocs militaires en Europe.

 

Crédits Image : RIAN15 novembre 2018