L’Eurovision otage
du nationalisme ukrainien

Pour l’Ukraine, le concours 2019 de l’Eurovision s’est terminé avant d’avoir commencé : Kiev n’enverra aucun représentant en Israël en mai prochain.

La politique ukrainienne a la faculté rare de transformer les sujets les plus anodins en sources de conflits explosifs. La circonscription de ces derniers aux frontières du pays serait un moindre mal, mais, ces derniers temps, les tensions locales ont une fâcheuse tendance à dégénérer en polémiques internationales. Plus grave encore : à Kiev, les élites politiques, loin de tirer les conclusions nécessaires et évidentes de chaque nouvel incendie, continuent au contraire de faire feu de tout bois et s’empressent de reproduire les mêmes erreurs.

Les jumelles de Crimée

On aurait aimé que les problèmes actuels se laissent oublier le temps d’une parenthèse musicale, et que le public ukrainien se choisisse tranquillement un représentant pour le concours de l’Eurovision, qui se déroulera en Israël en mai prochain. Mais la politique, à un mois d’une élection présidentielle qui s’annonce des plus indécises (les trois favoris pour le scrutin du 31 mars, le président sortant Petro Porochenko, l’ancienne Première ministre Ioulia Timochenko et le comédien Volodymyr Zelensky sont au coude à coude dans les sondages), en a décidé autrement. Elle n’a même pas attendu la finale du concours national de sélection pour envenimer le débat par des considérations ayant peu à voir avec la musique. Les jumelles du duo Anna-Maria, en lice pour défendre les couleurs ukrainiennes au printemps prochain, ont notamment fait l’objet de pressions répétées, sur les plateaux de télévision et sur les réseaux sociaux, sous prétexte que leurs parents occupaient des postes importants dans l’administration de la péninsule criméenne, annexée par la Russie en 2014.

« Si vous nous demandez de choisir entre nos parents et une participation à l’Eurovision, nous choisissons nos parents. »

Le fait que les deux jeunes filles aient la nationalité ukrainienne,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Konstantin Bondarenkopolitologue, Kiev

Dernières nouvelles de la Russie

Le Rap russe entre en politique

Vladimir Poutine a estimé le 15 décembre 2018 que le Kremlin devrait prendre en main le rap plutôt que de le censurer. Cette intervention fait suite à l'arrestation d'un rappeur populaire, Husky, et à plusieurs interdictions de concerts qui ont provoqué de vives réactions dans la jeunesse, mais aussi au sommet de l'État.

18 décembre 2018

Russie-Ukraine : comment interdire le vent venu de l’Est ?

L’Ukraine vient de s’éloigner encore un peu plus de la Russie avec la signature, par le président Petro Porochenko, d’un décret rompant un traité d'amitié signé par les deux pays en 1997. Dès le lendemain de sa publication, le parlement régional de Lviv a adopté un moratoire interdisant les produits culturels russes.

 

25 septembre 2018

La pop ukrainienne : adulée en Russie, attaquée chez elle

Malgré la tension qui règne entre Moscou et Kiev, la pop ukrainienne fait un tabac en Russie. Mais la politique pourrait bientôt y mettre un terme avec un projet de loi prévoyant de soumettre les organisateurs de tournées musicales en Russie à une nouvelle taxe de 20% sur la vente des billets.

20 juillet 2018