S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Démission de Noursoultan Nazarbaïev : Comment partir pour mieux rester ?

Démission de Noursoultan Nazarbaïev
Comment partir pour mieux rester ?

Depuis une semaine, le Kazakhstan n’est plus dirigé par Noursoultan Nazarbaïev. Celui qui présidait aux destinées de ce pays d’Asie centrale quatre fois plus grand que la France depuis l’effondrement de l’Union soviétique, a quitté ses fonctions le mardi 19 mars. Aujourd’hui et jusqu’à l’élection présidentielle de 2020, le pouvoir se trouve entre les mains de l’ancien président du Sénat, Kassym-Jomart Tokaïev.

Le 19 mars 2019 à 19 h 00 (heure locale), Noursoultan Nazarbaïev, soixante-dix-huit ans, dernier poids lourd de l’élite politique soviétique encore à la tête d’un État, apparaît sur tous les écrans de télévision du pays et annonce à la nation qu’il quitte ses fonctions de président. Aussitôt, l’inquiétude s’empare des dix-neuf millions de Kazakhs : Comment est-ce possible ? Part-il de son plein gré ? Qui l’y oblige ? Que va devenir le pays, dirigé personnellement et d’une main de fer depuis vingt-neuf ans par M. Nazarbaïev ?

« Au moment de l’allocution présidentielle, j’étais en visite chez un patient. En entendant la nouvelle, nous avons cessé de parler, interloqués, désemparés. Démoralisés. C’était tellement inattendu. En rentrant chez moi, je voyais tous ces gens le nez dans leur téléphone, à lire et à relire la nouvelle, sans y croire. L’inquiétude était palpable », témoigne Irina, cinquante-cinq ans, médecin, interrogée par le correspondant du quotidien RBC à Astana. Elle poursuit : « Pourvu que la situation n’empire pas. Pourvu qu’il n’y ait pas la guerre… »

Le Conseil de sécurité – toujours dirigé par M. Nazarbaïev – est aujourd’hui un nouveau pôle d’influence politique susceptible de concurrencer le pouvoir exécutif.

Le nom du successeur de Noursoultan Nazarbaïev ne risquait pas de rassurer les plus inquiets. Dans les cercles de pouvoir kazakh, le président du Sénat Kassym-Jomart Tokaïev, soixante-cinq ans, est présenté comme une personnalité bien moins influente, par exemple, que le patron du Renseignement et ancien Premier ministre Karim Massimov.

Une surprise… attendue

La surprise provoquée par la nouvelle du départ du chef de l'État kazakh ne saurait occulter l’extrême minutie avec laquelle elle a été préparée ces derniers mois.

Cérémonie de passation de pouvoir entre Noursoultan Nazarbaïev (à gauche) et Kassym-Jomart Tokaïev (à droite) le 20 mars au Sénat kazakh. Crédit : Liter.kz

M. Nazarbaïev a d’abord publiquement soumis au Conseil constitutionnel la question suivante : la démission du président de la République est-elle conforme à la Constitution ? Réponse positive de la haute autorité juridique. Le parlement a ensuite élargi les pouvoirs du Conseil de sécurité du Kazakhstan (SBK), que l’ancien chef de l’État va continuer de diriger – à vie, grâce à un amendement voté au même moment. Dans les faits, le SBK constitue aujourd’hui un nouveau pôle d’influence politique susceptible de concurrencer directement l’administration présidentielle et le gouvernement.

Enfin, depuis deux mois, les prises de parole de M. Tokaïev sont devenues de plus en plus fréquentes,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Boris Iounanov

Moscou : un déconfinement kafkaïen

Masques imposés aux joggeurs, promenades un jour sur deux, attestation de domicile nécessaire pour sortir… À partir de ce lundi 1er juin, les habitants de Moscou découvrent un « monde d’après » digne d’Orwell ou de Kafka.

 

1 juin 2020

Ukraine : Zelensky cède face aux nationalistes

Élu il y a un an sur ses promesses de normalisation des relations avec la Russie et de résolution du conflit dans le Donbass, Volodymyr Zelensky vient d’adopter de nouvelles sanctions contre Moscou alors que, dans l’est du pays, les échanges de tirs sont quotidiens.

21 mai 2020

Prague-Moscou : l’espion qui venait d’un autre temps

À Prague, loin du consensus attendu en cette période de commémoration du 75e anniversaire de la capitulation nazie, une partie de la classe politique conteste le rôle joué par Moscou dans la libération de la ville et l’accuse de vouloir assassiner son maire...

14 mai 2020