S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Asie Centrale Tachkent à la manœuvre


Asie Centrale
Tachkent à la manœuvre

Du 19 au 21 février, Tachkent, capitale de l'Ouzbékistan, accueillait deux conférences internationales, l’une sur la coopération en Asie centrale, l’autre consacrée à la sécurité régionale.

Gestion catastrophique de l'eau, démarcation inaboutie des frontières, fortes rivalités et antipathie entre dirigeants : les pays d'Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan) n’ont jamais caché leurs dissensions depuis l’effondrement de l'URSS, empêchant l'émergence d'une réelle coopération entre eux et freinant le développement de la région. Mais, depuis son arrivée au pouvoir en 2016, le président ouzbek, Chavkat Mirzioïev, s’efforce de créer une dynamique de rapprochement.

Avancées historiques

Contrairement à son prédécesseur Islam Karimov, M. Mirzioïev a rencontré ses homologues régionaux à plusieurs reprises. Il a choisi Achgabat, capitale du Turkménistan, pour sa première visite officielle à l'étranger en mars 2017, et s'est rendu ensuite au Kirghizstan et au Tadjikistan. Il a également rencontré le président kazakh, Noursoultan Nazarbaïev, à six reprises au cours de sa première année de mandat.

Les échanges commerciaux de l'Ouzbékistan avec les autres États de la région aurait augmenté de 50 % en 2018 selon les autorités ouzbèkes.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

David François

Younarmia : une jeunesse au garde-à-vous

Dans un contexte de tensions croissantes avec l'Occident, la Russie cherche à renforcer le sentiment patriotique de sa jeunesse. Alors que la Russie fête, le 9 mai, la Victoire de l’URSS sur l’Allemagne nazie en 1945, plusieurs centaines de jeunes, âgés de 8 à 18 ans et membres du mouvement militaro-patriotique Younarmia, défileront dans tout le pays.

 

8 mai 2019