Affaire Skripal : l’ambassade russe au rapport

Depuis la tentative d’empoisonnement qui a visé l’ancien agent double russe Sergueï Skripal à Salisbury en mars 2018, la petite ville britannique connaît une forte baisse de fréquentation (- 27 %, soit un million de touristes en moins). L’affaire, elle, continue de polluer les relations entre Moscou et Londres.

Le 4 mars 2018, Sergueï Skripal, ancien agent du GRU (renseignement militaire russe) et sa fille Ioulia sont retrouvés sans connaissance sur un banc près d’un centre commercial de Salisbury. Les analyses médicales révèlent un empoisonnement au « Novitchok », une substance toxique fabriquée en Union soviétique dans les années 1970 et 1980. Londres – bientôt appuyée par les autres capitales européennes – accuse alors officiellement Moscou – en particulier le Renseignement militaire russe – de se cacher derrière cette tentative d’assassinat. Le Kremlin nie.

Des questions sans réponse

Le dimanche 3 mars 2019, veille du premier anniversaire du drame, l’ambassade de la Fédération de Russie à Londres a publié un rapport de cinquante-deux pages en anglais, intitulé « Les questions demeurées sans réponse », qui interpelle les autorités britanniques sur les points flous et les « faiblesses » de leur enquête .

Le document déplore notamment la multiplication des modes opératoires évoqués dans les médias d'outre-Manche.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Clément Schneider

Dernières nouvelles de la Russie

Les grandes entreprises françaises reçues au Kremlin

« Avec six cents entreprises installées en Russie, la France est l'un des tout premiers employeurs étrangers de notre pays », a rappelé le président russe, Vladimir Poutine.

 

18 avril 2019

Rapport Mueller :
Moscou sans illusions

Le rapport du procureur spécial Robert Mueller, qui conclut à l’absence de collusion entre les équipes de campagne de Donald Trump et la Russie durant la présidentielle américaine de 2016, est-il susceptible de relancer les relations entre Moscou et Washington ? En Russie, la question divise.

 

3 avril 2019

L’instrumentalisation politique des Tatars de Crimée

Il y a cinq ans, le 18 mars 2014, la Crimée était rattachée à la Fédération de Russie après avoir été annexée manu militari par celle-ci quelques semaines auparavant. Depuis, la question du sort des Tatars de la péninsule est au cœur de la guerre médiatique que se livrent Kiev et Moscou.

 

18 mars 2019