S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Le Kazakhstan pleure son héros de la guerre d’Afghanistan

Le Kazakhstan pleure son héros de la guerre d’Afghanistan

Le 15 février 2019 marque le trentième anniversaire du retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan. En début de semaine, le 12 février, une des figures de ce conflit ayant opposé l’Union soviétique aux moudjahidines islamistes dans les années 1980, le colonel Boris Kerimbaïev, dit « Kara maïor » (le « Major noir »), est décédé dans un hôpital d’Almaty, au Kazakhstan.

Mardi matin, le ministère de la Défense du Kazakhstan a annoncé la nouvelle dans un communiqué : « Le vétéran des forces armées Boris Toukenovitch Kerimbaïev nous a quittés dans sa soixante-douzième année, des suites d’une longue maladie. » Le vendredi 8 février, l’ancien colonel, né au Kazakhstan, avait reçu la visite du ministre de la Défense, Nourlan Ermekbaïev, qui lui avait remis l’insigne de la « Chouette dorée » et l’avait remercié, au nom du peuple kazakh, pour les services rendus à son pays.

Une vie au service de la patrie

Commandant du deuxième bataillon « musulman » de l’Armée soviétique (officiellement, le 177e détachement de la direction générale des renseignements de l’État-Major des Forces armées de l’Union soviétique),

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Clément Schneider

Rapport Mueller :
Moscou sans illusions

Le rapport du procureur spécial Robert Mueller, qui conclut à l’absence de collusion entre les équipes de campagne de Donald Trump et la Russie durant la présidentielle américaine de 2016, est-il susceptible de relancer les relations entre Moscou et Washington ? En Russie, la question divise.

 

3 avril 2019

L’instrumentalisation politique des Tatars de Crimée

Il y a cinq ans, le 18 mars 2014, la Crimée était rattachée à la Fédération de Russie après avoir été annexée manu militari par celle-ci quelques semaines auparavant. Depuis, la question du sort des Tatars de la péninsule est au cœur de la guerre médiatique que se livrent Kiev et Moscou.

 

18 mars 2019