Maria Boutina, entre ombre et lumière

Accusée d’espionnage au profit de la Russie, Maria Boutina a été arrêtée aux États-Unis le 15 juillet dernier. L’affaire, évoquée dans les plus hautes sphères du pouvoir à Moscou, a pris un tour inattendu le 12 décembre dernier, lorsque la jeune femme, âgée de 30 ans, a reconnu, devant la justice, être « un agent du Kremlin » ayant pour mission d’instaurer des contacts informels avec des Américains influents. Jugement prévu le 12 février.

Au moment de son arrestation, Maria Boutina vivait depuis près de quatre ans sur le territoire américain, où elle était arrivée avec un visa étudiant. Elle y entretenait des contacts réguliers avec des membres de la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby pro-armes, et des membres du Parti républicain, qui lui valent aujourd’hui de se retrouver dans une cellule de prison à Alexandria, en Virginie.

Une double inculpation

En juillet dernier, la jeune femme se retrouve sous le coup d’une double inculpation. Le procureur du district de Columbia l’accuse de connivence avec un citoyen américain dont le nom est tenu secret par la justice américaine (ce « citoyen des États-Unis n° 1 », pour reprendre l’expression utilisée dans le dossier, serait Paul Erickson, un cadre du Parti républicain qui aurait entretenu une relation intime avec la jeune femme) au profit de la Russie. Maria Boutina encourt à ce titre une peine maximale de cinq ans de prison.

Maria Boutina. Crédits : Maria Boutina

Elle est aussi menacée de dix ans d’emprisonnement supplémentaires pour avoir « travaillé, depuis les États-Unis, sous la direction d’un haut fonctionnaire de l’État russe et de la Banque centrale de Russie, et tenté d’entrer en contact avec des personnalités américaines influentes afin d’orienter la politique de Washington en faveur des intérêts de la Fédération de Russie ». Des activités menées sans que les autorités locales en aient été informées (aux États-Unis, les personnes œuvrant en faveur d’un État étranger ont l’obligation de se faire enregistrer comme telles).

Si, aux États-Unis, la Russe de trente ans est considérée comme un agent étranger, en Russie, au contraire, on la présente comme une détenue politique.

Depuis l’arrestation de Maria Boutina jusqu'au mois de décembre, la défense de la jeune femme consistait à nier toute culpabilité. Pour son avocat, Robert Driscoll, elle s’est bornée à fréquenter des hommes politiques qui partageaient ses opinions, sans chercher d’aucune manière à les influencer. Mais, peu avant les fêtes de Noël,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Eugene Bai

Dernières nouvelles de la Russie

Paul Whelan, pion ou espion ?

L’arrestation, survenue le 28 décembre dernier à Moscou, de Paul Whelan, citoyen américain accusé d’espionnage par les autorités russes, vient clôturer une année 2018 riche en affaires semblables entre la Russie et les pays occidentaux.

8 janvier 2019

Edouard Lozanski : « L’affaire Boutina sert à chercher des traces de l’argent russe dans la campagne de Donald Trump »

Le sénateur américain Robert Menendez demande une enquête sur les fonds versés par la National Rifle Association aux candidats à la présidentielle de 2016.

 

8 janvier 2019