Imprévisible Europe
Les défis du Vieux Continent pour 2019

Andreï Kortounov est le directeur général du Conseil russe pour les affaires internationales (Russian International Affairs Council, RIAC), l’un des plus importants think-tanks russes.

Avant de réfléchir à l’avenir de l’Europe, commençons par nous remémorer son passé récent. Nul doute que le Vieux Continent a connu en 2016 l’année la plus difficile de ce début de siècle. Cette année-là, sous l'incompétente direction du cabinet de David Cameron, le Royaume-Uni se prononçait en faveur du Brexit, et les États-Unis élisaient à la Maison-Blanche un Donald Trump qui n’a jamais caché son antipathie pour le projet européen. En 2016, l’Europe se retrouvait confrontée à une vague sans précédent de réfugiés et de migrants, tandis que le populisme de droite menaçait d’envahir son espace politique. Les institutions de l’Union européenne (UE) enregistraient une forte perte de confiance de la part des citoyens du continent, et Bruxelles était en proie au doute et au pessimisme. Les eurosceptiques remportaient victoire sur victoire : ce grandiose édifice qu’est l’UE, bâti au long de décennies, semblait devoir s’écrouler tel un château de cartes, à la prochaine crise.

Annus mirabilis

Heureusement pour les Européens – et pour le monde entier –, l’apocalypse n’a finalement pas eu lieu. Dans l’ensemble, Bruxelles a plutôt bien résisté au choc provoqué par la décision des Britanniques de quitter l’Union, et les dirigeants européens se sont accoutumés au style politique particulier du locataire de la Maison-Blanche.

En 2017, les populistes ont subi deux coups d’arrêt : aux Pays-Bas, aux élections législatives, le Parti pour la liberté (PVV) – formation de droite radicale pour les uns, ou d’extrême droite pour les autres – est arrivé seulement deuxième, avec 13 % des voix, tandis qu'en France, le candidat libéral et pro-européen, Emmanuel Macron, remportait l’élection présidentielle. En Allemagne aussi, la poussée de l’extrême droite a été contenue [aux élections législatives,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Par Andreï Kortounov

Dernières nouvelles de la Russie

Chute du mur de Berlin : la grande Europe manquée

Il y a trente ans, le 9 novembre 1989, tombait le mur de Berlin, un des pires symboles de la « guerre froide ». Ce jour-là, je me trouvais à Berlin-Ouest, où une conférence rassemblait une vingtaine de « jeunes leaders européens » ‒ trentenaires ambitieux et dynamiques venus de tout le Vieux Continent, intellectuels et hommes politiques un peu idéalistes, un peu romantiques.

 

8 novembre 2019

Ukraine-Gate : Moscou doit aider Zelensky

Depuis plusieurs semaines, Donald Trump est accusé d’avoir demandé à son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, au cours d’un entretien téléphonique, de l’aider à discréditer Joe Biden, son probable adversaire démocrate à la présidentielle de 2020. Pour le camp Trump, ces allégations sont absurdes. Pour ses adversaires, elles sont assez fondées pour engager une procédure de destitution du président américain. La Russie peut-elle tirer parti de la polémique ?

 

21 octobre 2019

Moscou ne sera pas la Fille prodigue de l’Occident

L’éventuelle réintégration de la Russie au sein du Groupe des sept, dont elle a été exclue au printemps 2014, fait l’objet d’un vif débat international. Il reste à savoir si un tel retour est possible. L'idée, émise par Emmanuel Macron et soutenue par Donald Trump, a en effet été fraîchement accueillie par les cinq autres membres du G7.

12 septembre 2019