fbpx

Présidentielle géorgienne : la bataille des communicants

À l’issue du premier tour de la présidentielle géorgienne, le 28 octobre dernier, le candidat du parti d’opposition Mouvement national uni, Grigol Vachadze, a remporté 37,73 % des suffrages, contre 38,64 % seulement pour son adversaire, la candidate indépendante Salomé Zourabichvili, pourtant soutenue par le parti au pouvoir, le Rêve géorgien. Un écart certes infime, mais totalement inespéré pour M. Vachadze, compagnon d’armes de l’ex-président Saakachvili, dont le parti avait essuyé un échec fracassant à la dernière présidentielle, il y a cinq ans.

Sans nul doute, Grigol Vachadze doit pour beaucoup cette percée électorale à son équipe de conseillers en communication extrêmement bien rodée, dirigée par le Biélorusse Vitali Chkliarov, qui faisait également partie de l’état-major de campagne de Ksenia Sobtchak, candidate d’opposition contre Vladimir Poutine à la dernière présidentielle russe. Mais il a aussi bénéficié de la stupéfiante passivité du parti au pouvoir, le Rêve géorgien, qui, visiblement trop certain de l’emporter, s’est montré très passif durant la campagne de la candidate qu’il soutenait, Salomé Zourabichvili. De leur propre aveu, le résultat du scrutin du 28 octobre a fait aux « rêveurs » l’effet d’une douche froide. Mais une douche utile, semble-t-il : juste après le premier tour, le Rêve géorgien, a effectué un virage à 180 degrés et s’est lancé activement dans la campagne, fermement décidé à conduire sa candidate à la victoire.

Quelques jours après l’annonce des résultats, le dirigeant de Rêve géorgien, l’oligarque Bidzina Ivanichvili, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Madina Tsaritova, Tbilissi

Dernières nouvelles de la Russie

International

Salomé Zourabichvili : le rêve géorgien à l’accent français

Salomé Zourabichvil, ancienne ministre des Affaires étrangères de Géorgie, est née en France. Elle est aujourd’hui candidate à la présidence géorgienne. Ses chances de l’emporter, dimanche prochain, 28 octobre, date du premier tour, varient selon les sources : certaines lui accordent plus de la moitié des suffrages, d’autres seulement 15 % des voix. L’enjeu est important : c’est la dernière fois que la Géorgie élit son président au suffrage universel direct. Il sera, à l’avenir, désigné par le parlement. Une vie française Salomé Zourabichvili est, par son comportement, ses opinions et ses déclarations, l’OVNI de la politique géorgienne. Elle est la seule candidate à se déplacer en ville sans voiture blindée, ni chauffeur, ni garde rapprochée et promet de continuer, en cas de victoire, à se rendre à pied aux bureaux de la présidence. Née à Paris, aujourd’hui âgée de 66 ans, la candidate descend d’émigrés politiques qui, dès 1921, quittent la Géorgie. Son grand-père maternel, Niko Nikoladze est, pour tout Géorgien, une légende : pionnier de la construction ferroviaire, il était proche de l’écrivain et figure publique Ilia Tchatchavadze. Par ailleurs nièce d’Hélène Carrère d’Encausse, Salomé Zourabichvili a effectué la plus grande partie de sa carrière au Quai d’Orsay. En 2003, elle est nommée ambassadeur de France en Géorgie. Quelques mois plus tard, le président de l’époque, Mikheil Saakachvili, lui propose le poste de ministre des Affaires étrangères. Elle prend donc les rênes de la diplomatie géorgienne. Mikheil Saakachvili déclare alors que « le pays n’a jamais eu de diplomate de ce niveau ». Toutefois, les relations entre le président et son ministre se dégradent rapidement. En octobre 2005, Salomé Zourabichvili est démise de ses fonctions. L’année suivante, elle fonde un mouvement d’opposition qui prendra ensuite le nom de « La Voie de la Géorgie ». Aujourd’hui, l’ex-président la qualifie d’« abominable traîtresse ». « En 2012, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 octobre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne