Moscou – La Havane : Salsa Anti-Trump

Après l’annonce du retrait américain du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), les relations entre Moscou et Cuba, ancien satellite communiste aux portes des États-Unis, sont de nouveau à l'ordre du jour. Jusqu’où Moscou et La Havane peuvent-elles développer leur coopération, notamment sur le plan militaire ? La visite récente du président cubain Miguel Díaz-Canel à Moscou donne quelques indications sur le sujet. Miguel Díaz-Canel, le nouvel homme fort de Cuba, qui a remplacé Raúl Castro en avril dernier, a effectué au début du mois de novembre sa première visite en Russie, où il a été accueilli avec tous les honneurs dus à son rang. Il s’est entretenu avec le président Vladimir Poutine au Kremlin avant de rencontrer le Premier ministre Dmitri Medvedev. Le président cubain a invité son homologue russe à venir à Cuba l'année prochaine. À l’en croire, les Cubains souhaiteraient revoir Vladimir Poutine, qui s’était rendu pour la dernière fois sur l’île en 2014 à l’occasion d’une « visite historique ».

La Russie fournira du pétrole et redorera le Capitole

En novembre 2019, Cuba, fêtera ses 500 ans. Le Kremlin, qui a longtemps été en froid avec La Havane après l’interruption, en 1991, des subventions massives que lui accordait l'URSS, cherche aujourd’hui à tout prix à se défaire de sa réputation de « traître » auprès de son allié historique. Des artisans russes participent ainsi à la restauration de la coupole d’or du Capitole de La Havane, copie conforme de celui de Washington.Lors de la visite de Miguel Díaz-Canel à Moscou, des thèmes plus importants ont, bien entendu, été abordés. Au cours d’une conférence de presse, Vladimir Poutine s'est félicité que les échanges commerciaux entre les deux pays aient augmenté de 17 % en 2017, reconnaissant toutefois qu’en chiffres absolus, ceux-ci restent modestes (290 millions de dollars).Cuba s’intéresse avant tout à sa coopération énergétique avec la Russie, laquelle se développe rapidement depuis quelques années. En 2017, la Russie a expédié 200 000 tonnes de pétrole et 19 000 tonnes de combustibles divers à son partenaire cubain . Par ailleurs, Rosneft a entamé la prospection géologique du plateau continental de Cuba, dont les réserves de pétrole sont évaluées à 20 milliards de barils.
Lors de sa visite à Cuba en 2014, Vladimir Poutine a annulé près de 30 milliards de dollars de la dette cubaine auprès de l’URSS et de la Russie,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Eugene Bai

Dernières nouvelles de la Russie

Trump, un partenaire commode pour Moscou

Le 18 juin, lors d’un rassemblement à Orlando, en Floride, Donald Trump a donné le coup d’envoi officiel de la campagne électorale en vue de sa réélection. À Moscou, on n’a rien contre l’idée d'un second mandat du président américain…

 

5 juin 2019

Les contours du nouveau « reset » russo-américain

Le 14 mai, Vladimir Poutine et son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, ont reçu, à Sotchi, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo. Le même jour, à la grande surprise du Kremlin, Donald Trump annonçait qu'il rencontrerait son homologue russe à l'occasion du prochain sommet du G20, prévu en juin au Japon.

 

15 mai 2019

Julian Assange,
agent russe malgré lui

Le cofondateur de WikiLeaks, l’Australien Julian Assange, risque aujourd’hui l’extradition aux États-Unis. L’intervention de Moscou, qui a aussitôt et vivement dénoncé une « atteinte aux droits du lanceur d’alerte », ravive les soupçons de collusion entre Assange et le Kremlin.

 

29 avril 2019