fbpx

Igor Delanoë : « Il faut s’attendre à un renforcement militaire en mer d’Azov. »

Après l’arraisonnement et la capture de trois navires ukrainiens par les garde-côtes russes, survenu dimanche aux abords du détroit de Kertch, Kiev a instauré la loi martiale dans ses régions frontalières. Igor Delanoë, directeur adjoint de l’Observatoire franco-russe de Moscou, revient sur cet événement qui intervient à quelques jours de l’ouverture du G20 de Buenos Aires, sommet au cours duquel Vladimir Poutine et Donald Trump devraient aborder le dossier ukrainien.

LCDR : Comment expliquer l’incident de dimanche ?

Igor Delanoë : Les bateaux ukrainiens qui souhaitent, depuis la mer Noire, rallier les ports d’Ukraine situés en mer d’Azov, sont obligés de passer par le détroit de Kertch. Cette voie d’eau, qu’ils connaissent parfaitement et qu’ils empruntaient bien avant l’annexion de la Crimée et son rattachement à la Russie (en 2014), est la seule navigable entre les deux mers.

En vertu de l’accord bilatéral signé en 2003, qui établit le régime juridique de la mer d’Azov et les règles de navigation dans le détroit de Kertch [la mer d’Azov est considérée comme une mer intérieure à souveraineté partagée entre la Russie et l’Ukraine, ndlr], les navires civils et militaires, russes et ukrainiens, sont libres de naviguer entre les deux bassins maritimes. Toutefois, depuis 2014, la Russie contrôle les deux rives du détroit de Kertch, dont elle considère les eaux comme siennes. Elle y a introduit ses propres règles de circulation et de franchissement. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Julien Braun

Dernières nouvelles de la Russie

Société

La vieillesse, ennemie du peuple

Le niveau de vie des personnes âgées dans la capitale russe reste deux à trois fois inférieur à celui des actifs. Pour autant, l’ancienne génération refuse de se plaindre de son sort. Autant par dignité que par atavisme soviétique, les vieux Russes se contentent de ce que le gouvernement veut bien leur accorder.

Crédits Image : Teral Goe / Unsplash28 novembre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne